banniere single

Audio – Expolangues 2012 : la langue française à l’honneur (2’30’’)

Posté le par le français dans le monde

C’est un rendez-vous incontournable : chaque année, les amoureux des langues se retrouvent pendant quelques jours à Expolangues, salon destiné au grand public comme aux professionnels et spécialisé dans la découverte, la promotion et l’apprentissage des langues vivantes. Cette année, c’est la langue française qui est mise à l’honneur, dans toute sa diversité. Quelques questions se posent toutefois : comment va la langue française ? la langue française a-t-elle toujours son pouvoir d’attraction ? Réponses de quelques visiteurs, croisés au hasard des travées. Reportage : Benjamin Dehaut.

 

TRANSCRIPTION

Benjamin Dehaut – Chaque année / le Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris célèbre les langues étrangères / l’objectif est de découvrir ou de mieux connaître certaines langues / des ateliers ont par exemple été conçus pour permettre de trouver un métier / de faire le point sur ses compétences ou de choisir dans quel pays s’installer / la France fait-elle toujours rêver hors de nos frontières / les étrangers ont-ils encore envie d’apprendre à parler français / pour Mariana la question ne s’est pas posée bien longtemps / cette jeune Russe de 24 ans qui a vécu en Italie a appris le français il y a trois ans et le coup de foudre a été immédiat – M. – La langue française est belle / la grandeur de la France / de l’histoire / de l’art / le son est magnifique / c’est une chanson / c’est très sensuel / et riche en vocabulaire / la grammaire française / c’est beaucoup plus difficile que la grammaire italienne / par exemple – B. D. – Qu’est-ce qui vous a aidé – M. – Les films / discuter avec des Français – B. D. – Cet amour pour la France / Luz l’a aussi ressenti quand elle a quitté le Portugal il y a trente ans / mais cette mère de quatre enfants est inquiète / l’apprentissage du français n’est plus une priorité dans son pays – L. – Je suis originaire du Portugal / à l’étranger on parle moins le français qu’auparavant / dans les années 60-65 à l’école on était obligé d’apprendre le français / chose qu’aujourd’hui on ne fait pas – B. D. – Inquiétude partagée par Béatrice / professeur de français en région parisienne / pour elle / les jeunes font moins d’efforts pour apprendre leur propre langue – B. – Je vois que les élèves font beaucoup de fautes / commettent beaucoup d’erreurs / n’écrivent pas bien le français / ne s’appliquent pas assez / ne semblent pas attacher d’importance à la langue / je pense que les élèves français ont certaines réticences à / à s’exprimer – B. D. – Janice a quitté Londres pour Paris il y a dix ans / pour cette jeune Anglaise de 45 ans la France est certes le pays des droits de l’homme / mais l’accueil des étrangers laisse à désirer – J. – Ce que j’aimerais bien / c’est qu’on redevienne le pays des droits de l’homme / que tous les hommes puissent venir et qu’on puisse les accueillir / et les héberger / et les soutenir / que ce soit des étudiants / que ce soit des personnes qui vivent des choses difficiles dans leur pays / leur propre pays – B. D. – Sofiane / lui / a le sourire / ce Français d’origine malienne de 17 ans est le spécialiste de la séduction made in France quand il voyage à l’étranger – S. – C’est une langue classe / très utile auprès des femmes / ça a du succès aux États-Unis / je sais que quand je parlais français elles aimaient bien / vous avez de très beaux yeux / et à chaque fois elles disaient / oh thank you / un rendez-vous / elles adorent ce mot / rendez-vous – B. D. – Enfin chaque personne a son mot ou son expression préférée / les goûts et les couleurs / ça ne se discute pas – Ciel / c’est un joli mot / j’aime bien – Sacré nom d’une pipe – Ça date de belle lurette / j’aime bien ça – Je t’aime / enfin je préfère / je t’aime – Pragmatique – Constitution – Je t’aime / moi non plus.

LEXIQUE

Sacré nom d’une pipe : juron à caractère argotique d’origine incertaine.

Ça date de belle lurette : il y a bien longtemps ; le mot lurette n’existe pas dans la langue, l’expression viendrait d’une contraction de belle heurette, petite heure ; on trouve aussi : ça fait belle lurette, il y a belle lurette.

« Je t’aime… moi non plus » : titre d’une chanson de Serge Gainsbourg, écrite en son temps pour Brigitte Bardot ; cette formulation, objet d’interprétations diverses en raison de sa syntaxe équivoque, est passée dans le langage courant du marivaudage amoureux. Gainsbourg a dit s’être inspiré de la formule de Salvador Dali : « Picasso est espagnol, moi aussi ; Picasso est un génie, moi aussi ; Picasso est communiste, moi non plus. »

– Fichier audio à télécharger (.ZIP) : 12-Expolangues.mp3

2 commentaires
  1. En tant qu’enseignante de langue française à l’université de Cork en Irlande, je suis chargée avec une collègue de développer des activités et des examens audio pour nos étudiants en faculté de Lettres en 1ère année, 2ème et 3ème année de Licence.
    Pendant longtemps, nous avons utilisé les CD de FDLM maisdepuis que les audios sont en lignes, nous somes moins satisfaites.
    La durée des documents sonores n’est pas affichée comme elle l’était sur les CD et donc il nous faut écouter tout le document sonore pour en connaître le longueur.
    Aussi, la plupart des documents sonores sont plus courts maintenant.
    Nous regrettons que l’introduction au document sonore -qui apparaît en début de transcription- ne soit pas intégrée dans l’enregistrement.
    Nous utilisons des documents sonores qui font entre 2mn30 et 3mn et ceux-ci sont de plus en plus rares sur FDLM. Je suis tentée de résilier mon abonnement car je dois chercher ailleurs ces documents sonores dont nous avons besoin, c’est dommage car pendant longtemps nous étions fidèles à fdlm.

  2. Bonjour Claire,

    Concernant les reportages audio, vous pouvez en déterminer rapidement la durée en téléchargeant le fichier, en bas de page : la durée est indiquée lorsque vous lisez le mp3 sur votre lecteur.

    Ce reportage consacré à Expolangues a justement une durée de 2 minutes 30.

    Merci de votre fidélité.

    Sébastien Langevin
    rédacteur en chef
    Le français dans le monde

Laisser un commentaire