banniere single

Audio – Fred Pellerin, conteur québécois (3’40’’)

Posté le par le français dans le monde

Il est devenu une star au Québec, dans un genre qu’il a su renouveler à merveille : le conte. Fred Pellerin, 34 ans, est un magicien des mots. Et c’est dans le village qui l’a vu grandir, Saint-Élie-de-Caxton (1 500 âmes en Mauricie), qu’il puise sa source d’inspiration. Pour son dernier spectacle, l’Arracheuse de temps, Fred Pellerin a traversé l’Atlantique, il s’est produit tout au long du mois de novembre au théâtre de l’Européen, à Paris. Gaël Letanneux l’a rencontré pour nous.

 

TRANSCRIPTION

Fred Pellerin – Je ne sais pas comment il a fait son compte l’arbre pour pousser de cette façon-là / mais il avait poussé en écarté / c’était comme deux immenses branches qui étaient là – Gaël Letanneux – Tout commence avec un pommier à deux branches / l’une des deux donne des fruits empoisonnés / mais personne ne sait laquelle – F. P. – Il y avait une légende qui disait que rien que l’une des deux branches qui donnait des pommes d’empoisonnées / d’empoisonnées / de toxiques / tu comprends ce que je dis / maligne – G. L. – Un pommier / un cimetière et Fred Pellerin est parti pour quatre-vingts minutes d’histoires extraordinaires qui toutes prennent leur source à Saint-Élie / Saint-Élie-de-Caxton / petit village de Mauricie / à deux heures de route de Montréal / c’est le berceau et la source d’inspiration de Fred Pellerin / 34 ans / conteur professionnel sans même l’avoir voulu – F. P. – Moi en fait je suis guide touristique au départ / quand j’avais 17 ans ou 18 ans / c’est juste que je suis un guide touristique qui a fait de l’hypertrophie de la glande d’accueil / j’ai la glande d’accueil qui s’hypertrophie / ce qui fait qu’aujourd’hui je continue à faire un peu la visite guidée de mon village mais dans une forme de spectacle / sinon c’est / pour moi c’est le même travail que je faisais au départ / parce que j’avais une visite guidée / et au bout de trois fois / j’en avais déjà assez de répéter les dates là / et puis je me mettais à délirer / puis à inventer de la connerie / puis c’est là que sont nés tous mes personnages / puis à Saint-Élie tu fais la file à l’épicerie et puis t’attends / c’est pas parce qu’il y a beaucoup de clients / c’est parce que les gens ils attendent en parlant / puis aujourd’hui ce village-là il est dans ma bouche / puis dans ma vie de tous les jours – G. L. – Fred Pellerin joue avec les mots / il les mange / les dissèque et en invente de nouveaux / dans ses histoires il fait entrer la poésie et le fantastique / en gardant toujours les pieds sur terre / car à Saint-Élie la mort rôde / elle n’est jamais loin / Fred Pellerin / conteur multiforme qui raconte / chante / joue de la guitare / de la mandoline et de l’harmonica / un amoureux des mots et un défenseur acharné de la langue française – F. P. – Je pense que la meilleure façon de défendre la langue / c’est de la faire sonner / de la faire parler / pas de l’enfermer dans le carcan grammairien trop fort / parce qu’au Québec pendant longtemps on s’est fait dire qu’on parlait mal / parce qu’on parlait pas bien français / ça fait qu’aujourd’hui il y a encore le sentiment de mal parler chez bien des Québécois / puis qu’est-ce que ça fait quelqu’un qui pense qu’il parle mal / ça fait quelqu’un qui ferme sa gueule / c’est dangereux ça / je pense qu’il faut arrêter de penser qu’on parle mal / et puis juste se dire qu’on a peut-être un Bescherelle différent du vôtre – G. L. – Et dans la Belle Province Fred Pellerin est une véritable star / 300 000 Québécois sont déjà venus écouter ses histoires / un engouement dont profite directement Saint-Élie-de-Caxton / grâce à Fred Pellerin le petit village de Mauricie a trouvé une seconde jeunesse / nouveau café / nouvelle boulangerie / réfection du presbytère / on vient de tout le Québec pour visiter l’épicerie de Toussaint Brodeur / l’un des personnages-clés des récits de Fred Pellerin – F. P. – On a un noyau de monde qui croit au village / puis qui prennent l’attitude / qui quand combien de monde qui disait / il se passe rien au village / donc on va déménager en ville / nous on se dit / il se passe rien au village / cool / on peut tout faire ce qu’on veut / puisqu’il y a rien donc on peut tout faire / dès qu’on trouve qu’il y a pas assez de spectacles / on organise des spectacles / puis si on trouve qu’il y a pas de fanfare pour faire de la musique dans la parade / ben on trouve des fanfares pour faire de la musique dans la parade / tu sais on peut tout faire ce qu’on veut faire dans ce village / ça ça fait que c’est un lieu de vie ben / dynamique / puis ça fait qu’il y a beaucoup beaucoup de jeunes / dans la trentaine / début de famille / avec deux enfants là / qui déménagent au village / ça fait qu’on connaît une croissance démographique là parmi les plus élevées au Québec – G. L. – Et même quand il est en tournée de l’autre côté de l’Atlantique / à Marseille ou à Paris / Fred Pellerin n’oublie jamais Saint-Élie / ses pommiers / ses lutins et sa grand-mère Bernadette qui lui a transmis l’amour du conte.

LEXIQUE

Faire la file : faire la queue.

Bescherelle : grammairien et lexicographe français du XIXe siècle, auteur d’un manuel de conjugaison réédité jusqu’à nos jours, d’une grammaire française et d’un dictionnaire.

La Belle Province : périphrase qui désigne la province du Québec.

Cool : calme, décontracté (anglais).

TÉLÉCHARGER

– Fichier audio à télécharger (.ZIP) : 45-Fred-Pellerin

Pas de commentaire

Laisser un commentaire