Fdlm 429 – Expression : « Faire un pied de nez » (5’20’’)

Posté le par le français dans le monde

« La puce à l’oreille » du 4 mars 2020 – Lucie Bouteloup

logos rfi_CMJN

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

[Générique]

[La puce à l’oreille]

Lucie Bouteloup
Bonjour Pascal !

Pascal Paradou
Bonjour Lucie !

Lucie Bouteloup
Alors n’y prenez pas ombrage mais aujourd’hui la malicieuse puce a décidé de vous faire un pied de nez. Drôle de de gymnastique me direz-vous que de mettre son pied à son nez à moins que ce ne soit le contraire. Pour en parler aujourd’hui avec moi Julien Soulié mais aussi les élèves de Clio Baruche de l’école Forest à Paris. Quand on vous dit que jouer avec la langue française C’est une gymnastique

[Générique]

[Voix de différents enfants]

– P’t’être que faire un pied de nez ça veut dire faire tout un drame donc par exemple on peut ronchonner en fait on ronchonne avec le nez commesi  bah genre si on était pas content qu’on boudait. Et euh le pied ça pourrait servir par exemple à taper des pieds donc p’t’être que c’est bouder ou en faire tout un drame.
– C’est être en colère et du coup c’est comme si l’autre il voyait un pied à la place du nez […] et en fait c’est qu’il a mal vu.
– C’est se prendre la tête parce que souvent quand on se prend la tête, on est un peu énervé.
– C’est comme si des amis se moquaient de toi et quand t’allais le dire à quelqu’un d’autre il partait se cacher et il continuait à rigoler et il te disait que tu te mettais le pied dans le nez.
– Faire une farce à quelqu’un.
– C’est quelqu’un qui t’a fait une queue de poisson.

[La puce à l’oreille]

Lucie Bouteloup
Alors Julien Soulié faire un pied de nez c’est pas évident hein parce qu’on a du mal à se représenter un pied à la place du nez, les enfants ont pas très bien compris.

Julien Soulié
Non, mais c’est vrai que si on la prend tel quel elle est absurde. Un pied de nez, on se dit mais quelle idée d’avoir un pied à la place du nez, enfin on ne sait pas trop à quel saint se vouer… Et en fait, il s’agit d’un petit piège on va dire. Le mot pied étant polysémique, c’est-à-dire qu’il a plusieurs sens. Il ne s’agit pas du pied, du membre inférieur, il s’agit en fait de la mesure. Comme les Anglais ont gardé le foot donc le pied, qui existait en France…

Lucie Bouteloup
Qui est la plus vieille unité de mesure utilisée par l’homme.

Julien Soulié
Exactement, en France elle mesurait 32 centimètres 48, très exactement. Donc il fallait imaginer qu’un pied humain à peu près pour les Français devait mesurer 32,48 centimètres.

Lucie Bouteloup
C’est une mesure qui attestée depuis le troisième millénaire avant Jésus-Christ, donc c’est dire comme c’est ancien.

Julien Soulié
La main, le pied, le pouce…

Lucie Bouteloup
Oui, y’avait la coudée.

Julien Soulié
Oui, la coudée. En fait on prend l’être humain comme référence, c’est-à-dire des choses qui sont très courantes.

Lucie Bouteloup
On mesure avec ce qu’on a sous le coude, quoi.
Julien Soulié
Avec ce qu’on a sous le coude, c’est le cas de le dire, sous la main. Et donc effectivement, la main, les pieds, le coude sont des choses qu’on a disposition toujours sur nous. Et donc qui deviennent des étalons pour les mesures.

Lucie Bouteloup
Donc en Angleterre, c’est resté : on mesure toujours en foot et en inch, d’ailleurs.

Julien Soulié
Exactement, mais ils ne mesurent pas tout à fait la même chose. À croire que les Anglais doivent avoir des pieds peut-être un peu plus petits que les nôtres, puisque c’est 2 cm de moins : 30,48 centimètres, en Angleterre.

Lucie Bouteloup
Ah ! Donc faire un pied de nez, c’est-à-dire mesurer, alors…

Julien Soulié
Il faut remonter au xviie siècle en fait. Le pied de nez, c’est une grimace qui consiste à appuyer le pouce sur le bout du nez et à étendre les autres doigts. Vous savez « nananananère ! » Voilà, c’est un petit peu ça l’idée. Et donc effectivement on agrandit son nez d’un pied, d’une longueur d’un pied. Donc c’est à dire le nez qui mesure peut-être 2 centimètres se retrouve à mesurer plus de 30 centimètres avec cette main étendue collée au pouce.

Lucie Bouteloup
Alors c’est pas l’histoire de Pinocchio ici quand on allonge son nez, on allonge son nez pour montrer quoi ?

Julien Soulié
Alors par provocation, par moquerie. Donc, faire un pied de nez c’est tout simplement, ou bien alors faire cette grimace que je décrivais, ou alors plus généralement par extension, se moquer de quelqu’un, tout simplement : le défier et se moquer de lui.

Lucie Bouteloup
C’est aussi pour marquer une certaine forme de distance avec son interlocuteur. Ce qui revient à l’humilier, un petit peu.

Julien Soulié
Exactement, c’est une moquerie, mais c’est une moquerie qui est assez méchante, ou assez méprisante, on va dire. C’est pas juste une taquinerie gentille quand on fait un pied de nez.

Lucie Bouteloup
En tout cas, si aujourd’hui on ne fait plus vraiment le geste, je crois pas que ça existe encore vraiment dans les cours de récréation, l’expression elle est restée puisque faire un pied de nez, c’est une expression qui est encore utilisée.

Julien Soulié
Alors moi personnellement, bon vous me direz j’ai un très grand âge mais quand j’étais en cour de récréation ça m’est arrivé le faire quand j’étais bien plus jeune.

Lucie Bouteloup

Donc quand on fait un pied de nez, c’est aussi une certaine façon de prendre une revanche.

Julien Soulié
Une espèce de coup de pied de l’âne comme on dit aussi, parfois. C’est à dire piquer au vif et puis prendre, comme vous disiez, effectivement, une revanche sur quelque chose qui nous a peut-être déplu.

Lucie Bouteloup
Qu’est-ce qu’on peut trouver comme synonyme ? Jouer un tour à quelqu’un ? Narguer quelqu’un en fait.

Julien Soulié
Oui, tout simplement, narguer, c’est vrai. C’est pas mal narguer.

Lucie Bouteloup
Narguer, y’a quand même l’idée de provoquer. Y’a une autre expression française qui fait référence à cette mesure en pied qui est…

Julien Soulié
… c’est 6 pieds sous terre

Lucie Bouteloup
Absolument

Julien Soulié
Effectivement qui a rapport au pied, mais à la mesure. Et ça remonte à l’époque où effectivement on a imposé des règles pour les enterrements. On imposait en fait 1 mètre 80 de profondeur. Alors, pourquoi ce 1 mètre pour les enterrements ? Eh bien tout simplement pour que les chiens ne viennent pas renifler les cadavres.

Lucie Bouteloup
L’horreur…

Julien Soulié
Vaut mieux garder le pied de nez, peut-être, encore, plutôt que ces six pieds sous terre.

Lucie Bouteloup
Merci Julien Soulié pour toutes vos précisions. Excusez mon ton familier : on peut dire que c’était le pied de vous recevoir dans la puce. Je rappelle aux auditeurs que vous avez fait paraître Bâiller aux corneilles et 99 autres expressions qu’on a jamais vraiment comprises et qu’il est paru aux éditions First. Au revoir et puis à très bientôt peut-être pour une autre Puce.

Julien Soulié
Merci ! À très bientôt.

[Générique de fin]

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

Pas de commentaire

Laisser un commentaire