L’écologie pour promouvoir le français, et vice versa

Posté le par le français dans le monde

Dans le contexte de crise actuelle liée à l’épidémie de coronavirus, votre revue a décidé de mettre chaque jour en ligne, depuis le 20 mars – journée de célébration de la francophonie – et tous les jours à midi, un article du « Français dans le monde » en libre accès. Aujourd’hui, la rubrique INITIATIVE du numéro 426 de novembre-décembre 2019, par l’équipe pédagogique de l’Alliance française Lyon.

Depuis fin 2018, l’Alliance française de Lyon s’est engagée dans un projet pédagogique baptisé « Le français au sens propre », qui consiste à initier au français par l’écologie et à l’écologie par le français. En partenariat avec d’autres Alliances (Paris et Lódz), l’équipe pédagogique crée différents types d’outils pédagogiques destinés aux enseignants de français dans le monde entier.

Comme l’explique Grégoire Brault, directeur de l’Alliance française de Lyon, l’objectif est, à terme, de participer à l’infléchissement de l’image et de la perception du français : « Depuis des générations, la langue française est, en effet, présentée comme porteuse de valeurs universalistes (langue des Lumières, de la culture, des droits de l’homme…), comme la langue de l’élite et des dirigeants, comme une langue ancrée dans un passé prestigieux, d’une certaine manière ». « Le français au sens propre » a pour ambition d’offrir une autre image du français, en le présentant comme une langue accessible à tous et en l’associant à une valeur plus large et plus partagée qu’est l’écologie pour en faire un binôme qui projette dans l’avenir.

Fiches prêtes à l’emploi

Léquipe pédagogique de l’Alliance française de Lyon

L’équipe pédagogique en charge de ce projet a déjà créé environ 40 fiches pédagogiques (du niveau A1 à B2) sur le développement durable et l’écologie. Disponibles en libre téléchargement sur le site Internet de l’Alliance de Lyon, ces fiches prêtes à l’emploi s’adressent à tous les professeurs de français langue étrangère, enseignant à des jeunes adultes et adultes. Elles n’ont pas vocation à être une méthode en soi, mais plutôt à se substituer à des séquences abordées dans les méthodes à un niveau donné. Elles comportent à chaque fois une fiche pour l’apprenant + un guide pour l’enseignant et proposent une ou plusieurs séances de 45 minutes.

« À ce jour, les fiches ont été téléchargées dans plus de 60 pays », précise Catherine Manin, coordinatrice de projets pédagogiques à l’AF Lyon. De nouvelles fiches sont mises en ligne tous les débuts de mois, il suffit de s’abonner pour être informé des nouveautés !

Ateliers « Francécologiques »

Parallèlement, l’équipe pédagogique développe également des ateliers « francécologiques » visant à initier les plus jeunes à la langue française par l’écologie. Ces ateliers ludiques et accessibles à tous les niveaux seront mis à disposition des enseignants pour pouvoir démarcher des publics plus nombreux que ceux qui potentiellement s’intéresseraient au français.

Grégoire Brault précise : « Il s’agit de donner aux professeurs enseignant le français dans le monde les moyens de présenter la langue française au plus grand nombre et ainsi de susciter des vocations précoces qui augmenteront à terme le nombre d’apprenants de français dans les différentes institutions (écoles, Alliances, Instituts…) ». Les formateurs de l’Alliance française de Lyon peuvent concevoir des ateliers sur mesure et former les enseignants à l’animation de ces ateliers.

Plus qu’un projet pédagogique, « Le français au sens propre » est un projet global et accessible qui permet de développer l’apprentissage du français, de participer à l’inflexion de la perception de la langue française et de s’ouvrir à des partenariats nombreux et diversifiés. Et surtout, il s’agit d’une initiative originale qui donne des résultats tangibles…

Pour en savoir + : www.aflyon.org/actualites/type/le-francais-au-sens-propre

Télécharger la fiche en lien avec cet article

 

Extrait d’une fiche B1 sur « les villes vertes ».

Zoom sur quelques fiches
Plus de plastique que de poissons dans les océans ? Créée par Géraldine Reversade et Fabien Bachelet-Girard, cette fiche a été conçue pour les classes de niveau B2. Elle aborde le thème de la pollution des océans à partir d’une vidéo et d’un document audio authentiques.
La Recyclerie, vous connaissez ? Ghislaine Defours et Céline Guérois invitent vos étudiants de niveau A2 à découvrir celle de Rillieux-la-Pape près de Lyon à travers une vidéo simple et une compréhension orale. Sur le thème du recyclage également, Anne Eugénie Sabatier et Ghislaine Defours proposent de travailler avec vos étudiants A1+, A2 à travers l’histoire de « Kiki le grille-pain ».
Reboisement a été créée par Anne-Eugénie Sabatier et Sophie Maurin. Cette fiche évoque la démarche d’Abo Hawi qui dompte la nature pour favoriser le retour de la faune et la flore en Éthiopie et nous permet d’aborder les temps du récit (niveau A2+/B1).

 

Dans les Alliances de Pologne
En Pologne, où ce projet a déjà été adopté par les Alliances françaises, « Le français au sens propre » a permis de faire parler d’elles sous un autre jour dans les médias, sous l’angle de structures qui s’investissent auprès des plus jeunes pour leur donner une conscience écologique et un avenir plus sain. Ce qui se limitait jusqu’alors à la diffusion du français et à la perspective d’un meilleur avenir professionnel est complété par l’éveil à la sensibilité écologique et au goût de l’effort.

Tournage d’un reportage sur « Le français au sens propre » à l’Alliance française de Łódź, en Pologne.

Les médias (écrits, radio et télévisuels), sensibles au devenir de leur jeunesse, ont relayé et relaient en s’intéressant plus qu’avant aux activités des Alliances, en faisant par là-même la promotion. Cette présence renforcée dans les médias permet, par ricochet, de toucher et d’aborder plus facilement les entreprises qui ont toujours besoin de visibilité, et de publicité.

Des entreprises et institutions locales impliquées

Les entreprises internationales ou locales sont devenues plus sensibles aux arguments des Alliances, soit dans le cadre des cours qu’elles ont commandés ou voulu prendre, soit en les soutenant sous la forme de partenariats divers ou de mécénat.

En prenant des cours dans les établissements menant ce projet, ces entreprises remplissent leur devoir de formation vis-à-vis de leurs employés et participent également à la sensibilisation des plus jeunes à l’écologie dans le cadre des ateliers « francécologiques » dont elles favorisent le déroulement en les finançant.

Les Alliances de Pologne sont devenues des partenaires privilégiés dans la nécessité des entreprises de s’ouvrir plus encore à la société qui les entoure.

Les entreprises ont en effet une responsabilité sociétale c’est-à-dire qu’elles doivent « agir de manière éthique et transparente de façon à contribuer à la bonne santé et au bien-être de la société ». En soutenant « Le français au sens propre » et les établissements promoteurs de ce projet, les entreprises répondent justement à cette responsabilité et peuvent s’en prévaloir. Les Alliances de Pologne sont ainsi devenues des partenaires privilégiés dans la nécessité des entreprises de s’ouvrir plus encore à la société qui les entoure.

Par ailleurs, les institutions locales celles qui dépendent des urnes notamment (mairie, région…), ont soutenu le projet dans la mesure où ce dernier, via les ateliers, s’adresse aux enfants de leurs électeurs. Leur image en a été valorisée et a paru plus en résonnance avec les attentes de la population. Si le soutien ne s’est pas nécessairement traduit en monnaie sonnante et trébuchante, il a pu se présenter sous la forme de mise à disposition de bâtiments ou de relais des informations concernant les Alliances via les canaux à disposition de ces institutions.

 

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire