« Quelle expérience fantastique d’avoir travaillé avec Cesária Évora »

Posté le par le français dans le monde

À chaque numéro, le témoignage d’une personnalité marquante de l’émission de TV5Monde présentée par Ivan Kabacoff. Aujourd’hui, Jaqueline Sena Silva, directrice de l’Alliance française du Cap-Vert. Une rubrique « Étonnants francophones » à retrouver dans le numéro 428 (mars-avril 2020) du Français dans le monde.

Bandeau DF


Sur le tournage de Destination Cap-Vert.

« Apprendre et maîtriser la langue française a joué un rôle décisif dans ma vie et marqué un tournant dans ma carrière. Née au Cap-Vert, une ancienne colonie portugaise, j’ai comme langue officielle le portugais mais le français a toujours fait partie de mon quotidien. Le Cap-Vert est un archipel composé de dix îles et ses habitants ont toujours été contraints de s’adapter à une réalité insulaire, en contact permanent avec d’autres cultures et des langues multiples. En raison de nos affinités économiques et historiques, nous appartenons à l’Organisation internationale de la Francophonie, et cela a aussi son importance au niveau éducatif. Si je n’avais pas eu la chance d’avoir appris le français dès le CM2, je n’aurais jamais pu accepter la proposition que m’a faite José da Silva, le fondateur du label Lusafrica.

Je venais de terminer mes études au Portugal – j’ai une maîtrise en sociologie et un master en gestion d’entreprises – quand il m’a proposé de le rejoindre et de travailler en étroite collaboration avec Cesária Évora, notre ambassadrice culturelle, le plus grand nom de la musique capverdienne. Celle que ses proches appelaient « Cise » résidait à Mindelo, mais passait le plus clair de son temps à Paris, siège social de Lusafrica. Quelle expérience fantastique de travailler et de voyager auprès de cette icône de la musique ! Cela a duré près de 20 ans, c’était très enrichissant et cela m’a dotée d’une grande capacité d’adaptation et d’apprentissage des langues.

« Si je n’avais pas eu la chance d’avoir appris le français dès le CM2, je n’aurais jamais pu accepter la proposition que m’a faite José da Silva, le fondateur du label Lusafrica : travailler en étroite collaboration avec Cesária Évora, notre ambassadrice culturelle, le plus grand nom de la musique capverdienne »

En 2011, après le décès de notre «  Diva aux pieds nus » – ainsi qu’on la surnommait en France – l’Alliance française de Mindelo a lancé pour la première fois un appel à candidature ouvert aux nationaux pour le poste de direction. Je pensais être la candidate idéale et j’ai sauté sur l’occasion. Et voilà 8 ans que je suis fière d’être la directrice de l’unique Alliance française du Cap-Vert ! Nous avons la chance d’être dans le centre historique de Mindelo (la deuxième ville du pays après Praia), dans un bâtiment d’architecture coloniale classé. Nous jouons un rôle très important dans l’enseignement et la promotion de la langue française, et nous soutenons tous les étudiants qui souhaitent poursuivre leurs études supérieures dans les pays francophones. Par ailleurs nous partageons notre savoir-faire avec les enseignants de français de l’île afin de les aider au mieux dans l’exercice de leur fonction, à nos yeux si essentielle.

« Voilà 8 ans que je suis fière d’être la directrice de l’unique Alliance française du Cap-Vert, à Mindelo, dont l’objectif demeure celui de servir la population locale au mieux de nos capacités ainsi que tous les francophones qui nous sollicitent »

De plus, notre médiathèque est riche de plus de 7 000 livres. C’est un lieu de savoir et de recherche, mais aussi un lieu de rencontre et de partage, où se croisent les amoureux de la langue française, les voyageurs ou navigateurs au long cours avides de nouvelles de la France. Nous offrons également un indispensable soutien à tous les touristes qui se rendent au Cap-Vert ainsi qu’aux Français qui ont choisi de vivre dans notre pays. Le soutien du ministère des Affaires étrangères et européennes et de l’ambassade de France au Cap-Vert est vital pour notre bon fonctionnement et je profite de l’occasion pour leur rendre un vif hommage. Sans eux, l’Alliance ne pourrait subsister. Notre objectif demeure celui de servir la population locale au mieux de nos capacités ainsi que tous les francophones qui nous sollicitent. Pour ma part, je peux aujourd’hui affirmer que sans la maîtrise de la belle langue de Molière ma carrière aurait été très différente et bien moins riche.

Retrouvez JAQUELINE dans les deux émissions de Destination Francophonie consacrées à Mindelo : Destination Mindelo 1 et Destination Mindelo 2

Site de l’Alliance française du Cap-Vert : www.afmindelo.org

Pas de commentaire

Laisser un commentaire