De l’utilité du podcast audio en classe de FLE

Posté le par le français dans le monde

Dans le contexte de crise actuelle liée à l’épidémie de coronavirus, votre revue a décidé de mettre chaque jour en ligne, depuis le 20 mars – journée de célébration de la francophonie – et tous les jours à midi, un article du « Français dans le monde » en libre accès. Aujourd’hui, l’article « Innovation » d’Emmanuelle Amrein Franks, enseignante de français à l’Alliance française de Passadena (États-Unis), à retrouver dans le numéro 415 de janvier-février 2018. Bonne lecture (et bon courage) à toutes et tous !

 

Un podcast est un contenu audio que vous trouvez sur certains sites Internet. Vous avez peut-être déjà exploité des podcasts pour entraîner vos apprenants à la compréhension orale. Mais pourquoi faire, puis faire faire, des podcasts en classe de français ?

Les activités de compréhension orale sont souvent impressionnantes et stressantes pour les apprenants. Ces derniers ont tendance à être déstabilisés par l’exercice lui-même : un nombre très limité d’écoutes, un nouveau sujet, de nouvelles expressions, une ou plusieurs nouvelle(s) voix, des débits différents et peut-être même un ou des accent(s) différent(s). Tant de nouveautés ajoutées au manque de confiance en soi font de cet exercice nécessaire une épreuve éprouvante pour certains.

Une solution pour résoudre ce problème sur le court terme est la production de podcasts (ou baladodiffusion au Québec) par l’enseignant. Il peut choisir un sujet culturel, par exemple, le développer à l’écrit et s’enregistrer avec son smartphone. Pour cela, la simple application « dictaphone » suffit, mais s’il veut faire quelque chose de sophistiqué, il peut utiliser Audacity ou GarageBand.

Une fois le podcast enregistré, l’enseignant peut créer une série d’activités. Pour faire une séance complète, il est souhaitable de créer des activités d’anticipation, de compréhension globale et de compréhension détaillée. Il peut en profiter pour faire travailler d’autres compétences en faisant repérer un fait de langue récurrent dans le script, créer un exercice de systématisation et terminer le tout par une activité de production orale ou écrite dans laquelle, bien sûr, il y aurait à pratiquer le fait de langue étudié.

Si l’enseignant le souhaite, ses podcasts peuvent être diffusés sur un SoundCloud – une plate-forme de distribution audio en ligne –, sur son blog pédagogique ou sur des plates-formes d’audioblog comme Arte Radio ou RFI Savoirs.

« Au début de son apprentissage du français, l’apprenant a besoin de comprendre les règles de prononciation, de les entendre appliquées et d’écouter la langue cible pour améliorer sa propre prononciation (…) Quand il est plus à l’aise, il peut même commencer à produire ses propres podcasts. »

Le fait que ce soit une production personnelle du professeur va forcément attirer l’attention de l’apprenant. De plus, la voix du professeur va le rassurer. En effet, il y est habitué et ne sera pas trop déstabilisé par son débit. Seuls les expressions et le thème seront neufs mais l’apprenant vivra mieux l’exercice de compréhension orale. Cette production par l’enseignant lui-même ne peut être que temporaire. En effet, son but est de mettre en confiance l’apprenant avant qu’il fasse le grand saut vers d’autres podcasts authentiques. L’enseignant peut également se servir de podcasts pour lire des textes étudiés en cours.

Le podcast peut servir d’exemple pour la prononciation, en particulier si la lecture ne se fait pas trop rapidement et si le professeur articule bien. Au début de son apprentissage du français, l’apprenant a besoin de comprendre les règles de prononciation, de les entendre appliquées et d’écouter la langue cible pour améliorer sa propre prononciation et se sentir à l’aise avec les nouveaux phonèmes. Quand il est plus à l’aise, l’apprenant peut même commencer à produire ses propres podcasts.

Pourquoi et comment faire faire des podcasts ?

Faire faire des podcasts est un excellent moyen de rendre l’apprenant vraiment actif dans son apprentissage et ce, à tous les niveaux et à tous les âges. C’est à l’enseignant d’adapter les consignes au niveau des apprenants.

L’approche basique : l’enseignant propose des sujets (culturels, par exemple) ; l’apprenant fait les recherches nécessaires, rédige un texte et après correction écrite et orale, l’enregistre à l’aide de son smartphone.

L’approche sophistiquée : des apprenants peuvent travailler ensemble et copier des émissions audio. Ils peuvent par exemple faire des interviews, des jeux, des documentaires, des micros-trottoirs. Les jeux de rôles sont les bienvenus pour rendre l’activité ludique.

La création de podcasts permet de faire travailler plusieurs compétences en même temps : la compréhension écrite (au moment des recherches), la compréhension orale (si leurs sources sont des documents audio), la production écrite (au moment de la rédaction du script) et la production orale (au moment de l’enregistrement). En plus de tout cela, les apprenants découvrent des aspects culturels et peuvent développer leur esprit critique.

Suprême récompense : diffuser les productions sur une plate-forme Internet. Ainsi, les apprenants peuvent les partager avec leurs proches et être fiers de leur travail. Et il y a de quoi être fier, ce n’est pas tous les jours que l’on se retrouve dans la peau d’un journaliste qui parle la langue cible !

« La création de podcasts permet de faire travailler plusieurs compétences en même temps : la compréhension écrite (au moment des recherches), la compréhension orale (si leurs sources sont des documents audio), la production écrite (au moment de la rédaction du script) et la production orale (au moment de l’enregistrement). »

Maintenir l’attention de l’auditeur

Paradoxalement, faire un podcast n’est pas qu’un exercice oral. En effet, une préparation écrite est nécessaire pour que l’animateur s’exprime de manière plus pertinente, plus fluide, sans hésitation et pour qu’il soit plus agréable à écouter. Tout d’abord, il faut avoir conscience que les auditeurs des podcasts sont particuliers. Ils ne sont pas entièrement disponibles et font souvent autre chose pendant l’écoute : conduire, cuisiner… C’est pourquoi il est indispensable pour l’animateur de mettre tout en œuvre pour attirer et surtout maintenir l’attention de l’auditeur.

Écrire un script de podcast est un exercice particulier : les codes de rédaction sont différents que ceux d’un article de presse. Le podcast est fait pour être dit, par conséquent l’animateur a pour but de donner l’impression d’être un orateur spontané, avec un ton naturel et décontracté pour procurer à son public un moment divertissant, instructif et intéressant. La structure doit être claire. Il est préférable de faire des phrases courtes et d’éviter d’utiliser des mots de liaison ; la phrase complexe étant plus appropriée pour l’écrit. Le vocabulaire doit être simple et concret. Les expressions que vous avez l’habitude d’utiliser à l’oral sont les bienvenues. La communication doit sans cesse être fluide et claire. Le contenu doit toujours répondre aux questions de base : qui ? quoi ? où ? quand ? comment ? pourquoi ? Les informations doivent être présentées de la plus importante à la plus détaillée.

« À l’heure des fake news ou infox, il est fondamental d’éduquer les apprenants de tous les âges aux médias (…) Outre l’aspect linguistique, cet exercice les incitera à être prudents, à vérifier leurs sources médiatiques et à devenir des citoyens responsables. »

Quand le script est prêt, le lire à haute voix à plusieurs reprises avant l’enregistrement peut permettre d’être plus à l’aise et de faire les modifications nécessaires quand vous remarquez qu’une phrase est trop littéraire ou peu naturelle à l’oral. Quand vous êtes satisfait de votre texte, il ne vous reste plus qu’à vous enregistrer en le lisant de manière spontanée, comme si vous ne lisiez pas. Votre ton doit être dynamique sans pour autant sonner faux. Pour agrémenter votre podcast, votre discours peut être illustré par de la musique et des bruitages libres de droit. Un microphone de bonne qualité et un filtre anti-pop vous aideront à créer un podcast de qualité professionnelle.

À l’heure des fake news ou infox, il est fondamental d’éduquer les apprenants de tous les âges aux médias. Être capable de créer un support journalistique et d’effectuer les démarches des journalistes permet de mieux comprendre le fonctionnement des médias. De nos jours, tout le monde possède les outils pour créer ces supports, et les apprenants en ont la preuve en créant leurs propres podcasts. Outre l’aspect linguistique, cet exercice les incitera à être prudents, à vérifier leurs sources médiatiques et à devenir des citoyens responsables.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire