Fdlm 409 – Chanson : Vincent Delerm (3’02’’)

Posté le par le français dans le monde

Quinze ans après ses débuts dans la chanson salués par une Victoire de la musique en 2003, Vincent Delerm creuse son sillon. À 40 ans, l’artiste originaire de Normandie continue d’enchanter et de surprendre le public avec des mélodies aux lignes claires et des textes d’une belle profondeur. Preuve avec son sixième album studio, À présent. Il est au micro d’Ingrid Pohu.

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

TRANSCRIPTION

Ingrid Pohu – Vincent Delerm débute une tournée en France / en Belgique et en Suisse / l’auteur-compositeur-interprète présente son nouvel album intitulé À présent / au fil de ses onze morceaux / Vincent Delerm convoque ses souvenirs et réalise un bel exercice de mémoire – V. D. – Je pense que c’est la vocation aussi des gens qui font des / soit des chansons / des bouquins / des films / de freiner un peu le temps d’une part et surtout de / de donner à penser à nos vies / parce que souvent les gens ont l’impression que leur vie / elle est un peu / comme c’est leur vie à eux / elle est pas très importante / on est / on est un peu prompt / en tout cas je sais pas si c’est français / il me semble que c’est un peu français / à se dire que nous / ce qui nous concerne / c’est pas tellement important / alors que c’est malhonnête parce que au fond c’est quand même ça qui nous fait le plus d’effet / potentiellement je me sens plus proche d’un prof de français qui fait des explications de textes de chansons en classe que de certains chanteurs qui font un truc vraiment tellement taillé pour être compétitif – I. P. – Vincent Delerm met en scène ses mots / crée de l’espace autour de sa voix pour mieux faire ressentir ses intentions / fan de Truffaut / l’artiste soigne ses décors / comme au cinéma – V. D. – Ça / c’est un / aussi un plaisir des albums / d’arriver à être quelque part et puis trois minutes plus tard d’aller complètement ailleurs et de changer de décor comme tu changes de pièce / et à la fin du disque bon ben tu te rends compte que finalement il y a une sorte de lien entre toutes ces pièces qui t’avaient un peu échappées au / au départ / c’est juste que c’est les pièces de ce moment-là / de ton parcours – I. P. – Un parcours qu’il retrace dans un autoportrait émouvant / finalement / quel est le moment où Vincent Delerm se sent le plus vivant – V. D. – D’une façon générale / je / je trouve qu’on est plus vivant quand on est tout seul / on est plus soi-même quand on est tout seul / voilà j’ai toujours eu cette sensation / finalement tout ce que je fais / je pense / concourt à l’idée que voilà / il faut s’arrêter deux secondes et regarder ce qu’il y a / ce qui compte pour nous / ce qui nous fait de l’effet / ce qui nous touche / ce qui nous remue / donc je touche du bois pour que / voilà / pouvoir continuer comme ça.

LEXIQUE
Je touche du bois : parole rituelle prononcée par des personnes plus ou moins superstitieuses ; l’expression est dite à voix haute et s’accompagne du geste correspondant ; elle vise à conjurer le mauvais sort, éloigner les obstacles ou appeler la chance de ses vœux ; à défaut d’objet en bois à proximité, on a coutume ironiquement de se toucher le crâne.

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

Pas de commentaire

Laisser un commentaire