banniere single

Audio – Mots en toc et formules en tic (2’56’’)

Posté le par le français dans le monde

Mots en toc et formules en tic. Petites maladies du parler d’aujourd’hui, c’est le titre plutôt amusant du livre écrit sous forme de nouvelles par le journaliste de France inter Frédéric Pommier et publié au Seuil. Un livre qui décortique nos tics de langage. Entretien avec Isabel Pasquier.

[podcast]https://www.fdlm.org/wp-content/uploads/2011/06/30-langage.mp3[/podcast]

TRANSCRIPTION

Isabel Pasquier – Vous vous croyez branché / à la mode / parce que vous utilisez en toute circonstance des formules comme c’est clair / improbable / ou encore c’est que du bonheur / eh bien vous êtes atteint de MAT / une maladie auditivement transmissible / dans son livre / Mots en toc et formules en tic / le journaliste Frédéric Pommier s’amuse avec beaucoup d’humour de ces tics d’expression qui uniformisent notre langage et qui sont largement propagés par les médias / Frédéric Pommier – F. P. – Moi / je me suis amusé à décrypter cinquante tics de langage / cinquante expressions qui saturent un petit peu l’espace médiatique / qu’on entend en permanence / chez les journalistes / chez les animateurs de la télévision / et parfois qu’on se met à entendre dans la rue également / dans sa famille / chez les boulangères / on se rend compte qu’on se met tous à employer les mêmes formules / exemple / rebondir / l’expression rebondir / j’ai envie de rebondir / moi j’ai appelé ça la kangouroute / c’est la maladie de la kangouroute / aujourd’hui dans les débats à la télévision / à la radio également / dès que quelqu’un a envie de prendre la parole il dit / j’ai envie de rebondir / j’ai envie de rebondir sur ce que vous venez de dire / en fait c’est simplement une façon de prendre la parole / en fait personne ne rebondit / pour rebondir il faut un trampoline ou des chaussures élastiques / mais à force d’entendre les gens dire à la télévision ou à la radio qu’ils ont envie de rebondir / ben dans la vie de tous les jours on se met à réemployer cette formule-là qui foncièrement n’a strictement aucun sens – I. P. – Et vous-même / vous êtes victime aussi de certaines expressions en / en toc – F. P. – Je suis moi-même atteint par un paquet de ces petites maladies-là / j’en ai relevé une petite dizaine / mais je me soigne / j’avais la décalette / j’avais la justouille / j’ai chopé la justouille / la décalette / c’est l’emploi du mot décalé / dès que je trouvais que quelque chose était un peu bizarre et que j’arrivais pas à trop définir / dans mon métier même de journaliste / j’employais le mot décalé / une mise en scène décalée / un chanteur un peu décalé / et parfois pour faire un peu mieux / parce que je l’avais entendu et que je trouvais ça joli / je disais il est juste décalé / et ceci n’est pas grave en soi / c’est simplement un constat / le seul problème / c’est qu’on se met tous à parler de la même façon / à force de se refiler nos petites maladies et nos tics de langage / et tout cela amène une petite musique journalistique / et ce que je me suis amusé moi à faire / c’est à les pointer en confrontant ces expressions médiatiques à des expressions de la vie quotidienne / et c’est en les confrontant à des expressions de la vie quotidienne qu’on voit toute leur absurdité et qu’on peut vraiment en sourire – I. P. – Quelle est l’espérance de vie de / de ces formules – F. P. – Je pense que ces expressions se chassent les unes les autres / en ce moment on parle pas mal de fraîcheur / tout ce qui est bien / on va dire que c’est frais / normalement c’est / c’est pour les produits ménagers qu’on parle de fraîcheur / ou pour les / les / pour les poissons / comme si en ces temps d’inquiétude sur le réchauffement climatique la fraîcheur était devenue une qualité suprême – I. P. – Bien sûr on ne remarque que les tics de langage des autres / donc pour vous en guérir / demandez à vos amis de vous établir un diagnostic et vous saurez si vous êtes atteint de justouille / de ducoupette ou de toutafiole / mais pas d’inquiétude / il n’y a rien de grave / ça se guérit assez vite.

LEXIQUE

Justouille : dans l’ouvrage cité, affection se manifestant par l’usage répété du mot « juste ».

Ducoupette : affection qui se manifeste par la répétition de l’expression « du coup ».

Toutafiole : maladie de ceux qui utilisent de façon répétée l’expression « tout à fait ».

TÉLÉCHARGER

– Fichier audio à télécharger (.ZIP) : 30-langage.mp3

Pas de commentaire

Laisser un commentaire