Fdlm 430 – Expression : Félicitations (03’17’’)

Posté le par le français dans le monde

Les mots de l’actualité du 5 mai 2020 – Yvan Amar

logos rfi_CMJN

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

 

[Le mot de l’actualité, avec la Délégation Générale à la Langue Française du ministère de la Culture]

[Yvan Amar]

Donald Trump se félicite, il affiche son optimisme face à la crise du coronavirus. J’ai appris ça en écoutant RFI hier et en effet, c’est l’attitude adoptée par le président américain, qui est tout à fait conforme à ses habitudes, à ce qu’on attend de lui.

Mais, que veut dire exactement cette phrase en français : « Donald Trump se félicite » ? En fait, elle a deux sens possibles, hein, selon qu’on imagine que le verbe « se féliciter » a un complément ou pas. C’est-à-dire que, ou bien on voit Donald Trump qui « se » félicite, ou bien il se félicite de l’évolution de la situation sanitaire aux États-Unis : ce sont deux significations un petit peu différentes.

Alors, la première construction renvoie au sens le plus fréquent du mot « féliciter », qu’est-ce que ça veut dire, c’est faire des compliments, dire à quelqu’un son contentement en raison de ce qu’il a fait, ou même de la simple situation où il se trouve, hein. On félicite quelqu’un pour sa conduite courageuse où pour son action. Et on lui dit, on lui dit « bravo » et dans ce sens, le verbe peut être utilisé à la forme réflexive, ce qu’on appelle parfois aussi la forme pronominale quand le verbe est conjugué précédé d’un pronom personnel : « je me félicite, tu te félicites, il se félicite », pourquoi pas ? Il peut arriver en effet qu’on s’adresse des compliments à soi-même, un peu comme si on était quelqu’un d’autre. On se dit « bravo », on se dédouble en quelque sorte pour se serrer la main, et c’est peut-être ce qu’a fait Donald Trump.

Mais le verbe « féliciter » s’emploie également dans des circonstances un petit peu différentes. On peut féliciter quelqu’un en lui disant la joie où l’on est de le voir dans telle ou telle situation. On le voit content et on partage son contentement : « vous vous mariez ah bah je vous félicite », « vous avez un enfant, je vous félicite », « vous avez été élu, je vous félicite », « vous avez gagné à la loterie et vous voilà riche, je vous félicite, même si vous n’y êtes pas pour grand-chose, enfin vous avez acheté un billet, c’est déjà ça ». Mais féliciter quelqu’un c’est lui dire qu’on s’associe à son succès, qu’on est content pour lui.

Et à partir de cette nuance, on comprend un autre usage du verbe : « les choses vont mieux, je m’en félicite ». Je me félicite par exemple de l’heureux dénouement de cette crise, je me félicite qu’il soit revenu à de meilleurs sentiments, qu’il ait renoncé à te faire ce procès. Cela veut dire simplement « je suis bien content et je le proclame publiquement ».

Alors, le mot « féliciter » bien sûr a quelques synonymes, plus ou moins proches : « compliment » pour « félicitations », mais aussi « congratulations » qui a un sens très voisin.

Et puis, les félicitations, c’est aussi autre chose, c’est un mot du vocabulaire scolaire ou parfois universitaire : à la fin d’un trimestre ou d’une année on envoie à chaque élève un bulletin et l’ensemble de ses résultats peut être commenté, il peut avoir les encouragements, le tableau d’honneur ou les félicitations, c’est ce qu’il y a mieux hein. Et de même quand on soutient une thèse, elle peut être accepté avec divers degrés de réussite : on peut être nommé docteur « à l’unanimité », tout le monde aura été d’accord, ou même avec les « félicitations du jury », ce qui est encore mieux.

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

Pas de commentaire

Laisser un commentaire