numero_426

Fdlm 426 – Expression : Faire un trou à la lune (4’58’’)

Posté le par le français dans le monde

« La puce à l’oreille » du 26 juin 2019 – Lucie Bouteloup

logos rfi_CMJN

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

[Musique]

Voix d’enfants :

– Pour moi faire un trou dans la lune, ça veut dire être une star, ça veut dire dépasser les étoiles, dépasser la lune.

– Euh pour moi, faire un trou dans la lune, c’est, c’est à dire viser un objectif, qu’on ne laissera peut-être jamais passer même si on devra faire des sacrifices.

– Peut-être comme un trou de mémoire.

– C’est p’têtre une grosse bêtise. Et faire un trou dans la lune ben, enfin, c’est mal.

– Faire un trou à la lune, c’est un peu comme faire une très grosse bêtise.

– Ça veut dire qu’on a coupé la lune en deux.

– Pour moi, c’est prendre un clou, prendre un marteau et taper, tout simplement.

– On montre la lune, on demande à des gens de prendre leur perceuse pour pouvoir faire un gros trou dans la lune.

– Pour moi, faire un trou à la lune, ça peut être la blesser, ou l’intoxiquer, je sais pas.

[La puce à l’oreille]

Lucie Bouteloup
Alors Sylvie Brunet vous avez vu, ils sont plus grands cette fois-ci, nos élèves, et ils la connaissent pas beaucoup mieux pour autant, ce expression.

Sylvie Brunet
Ils ne la connaissent pas et on peut les excuser parce que même à une date déjà ancienne, c’était senti comme une expression littéraire. Bon, ils ont l’impression qu’on va faire du mal à la lune. Lui coller quelque chose, ou lui souder quelque chose, ou faire un trou. En fait, C’est pas du tout ça, c’est au contraire la lune est bienfaisante puisque c’est elle qui va nous permettre de faire quelque chose. Et en l’occurence, y disparaître. Faire un trou à la lune ou faire un trou à la nuit, ça veut dire profiter de l’obscurité pour s’enfuir et puis bien entendu, en profiter pour ne pas payer ses dettes, au passage, vite disparaître pour que les créanciers ne nous retrouvent pas.

Lucie Bouteloup
Et comme vous le disiez donc cette expression vient d’une autre expression qui est faire un trou à la nuit. Est-ce qu’on sait à quel moment il y a eu un basculement du trou à la nuit vers le trou à la lune ?

Sylvie Brunet
Au tout début du XVIIe siècle, on trouve plutôt la nuit. Mais très rapidement, je dirais dans les décennies suivantes, il y a la lune qui intervient, mais je trouve que bon, l’image de la nuit, elle est vraiment très très jolie. Parce que faire un petit trou à la nuit, c’est faire un petit trou dans une grande surface qui est toute noire, s’y lover et après, en profiter pour disparaître, refermer le passage derrière soi en quelque sorte.

Lucie Bouteloup
L’idée du mystère, de l’obscurité, de pouvoir s’échapper semble assez évidente, par contre l’idée ne pas honorer ses dettes est plus mystérieuse. Alors, il parait qu’au XVIe siècle, le terme des contrats et des paiements était fixé à la lune qui précédait la fête de Pâques et que les débiteurs qui ne payaient pas à cette période, ne payaient pas plus à une autre et donc, en profitaient pour disparaître. Donc ils faisaient un trou à lune, à cette fameuse lune.

Sylvie Brunet
D’accord, donc ce serait une trace des dettes que l’on devait faire chez les Romains, aux ides ou aux nonnes, par exemple, etc. Une façon de dater, d’accord, oui.

Lucie Bouteloup
Alors il faut préciser qu’il y a quand même beaucoup d’expressions autour de la lune. La lune qui symbolise à la fois les rythmes biologiques, le temps qui passe, le rêve, et puis l’imaginaire. On pense par exemple à la lune de miel, on parle de vielles lunes, ou ont dit il y a des lunes, ou encore on est dans une bonne lune, quand on est de bonne humeur. Pour ce qui est de la bêtise, on peur aussi dire con comme la lune, alors c’est tout à fait différent, ou on tombe de la lune, quand on a l’air un petit peu ailleurs.

Sylvie Brunet
Oui, lunatique aussi, bien entendu.

Lucie Bouteloup
Lunatique, absolument, et puis aussi cette notion d’impossible quand on demande à quelqu’un de lui décrocher la lune, on dit même décrocher la lune avec les dents, ce qui est carrément une autre prouesse. Et on promet la lune à quelqu’un, quoi, voilà. Est-ce que vous avez une idée de synonyme pour faire un trou à la lune ?

Sylvie Brunet
On disait aussi une expression qui est ancienne mais qui s’est perpétué jusqu’à la fin au moins du XIXesiècle, c’était déménager la cloche de bois. C’est une très jolie expression qui voulait dire que on partait d’un logement sans faire de bruit, donc une cloche de bois, ça ne fait pas de bruit, et sans payer le terme de son loyer, sans régler ce que l’on devait à sa logeuse, etc.

Lucie Bouteloup

Eh bien merci Sylvie Brunet pour votre éclairage au clair de lune sur toutes ces expressions autour de cet astre mystérieux. Nous nous reverrons dans quelques lunes pour une Puce à l’oreille. D’ici-là, portez-vous bien. Je rappelle aux auditeurs que va bientôt paraître Le petit livre des mots moches et mal fichus aux éditions First. Je leur rappelle également qu’ils peuvent retrouver cette chronique sur les site de RFI-Savoirs, savoirs avec un S, et aussi sur la page FaceBook de l’émission De vive voix. À très bientôt Sylvie Brunet.

Sylvie Brunet
À très bientôt, merci !

[Musique]

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

Pas de commentaire

Laisser un commentaire