fdlm424-970x380

Fdlm 424 – Expression : « Déshabiller Pierre pour habiller Paul » (5’20’’)

Posté le par le français dans le monde

Expression : « Déshabiller Pierre pour habiller Paul » (La Puce à l’oreille du 8 mai 2019, Lucie Bouteloup)

logos rfi_CMJN

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

Lucie Bouteloup
Bonjour Chantal ! Alors aujourd’hui La Puce va déshabiller Pierre pour habiller Paul. Une drôle de coutume dont Sylvie Brunet va nous conter l’origine dans quelques instants. Et qui a également fait beaucoup réagir les CM1 de madame Ginet à l’école Nordmann dans le XIIIe arrondissement de Paris. Déshabiller Pierre pour habiller Paul par une bande de jeunes linguistes sacrément culottés. Décidément, La Puce a plus d’un tour dans son sac.

[Musique]

Différents enfants :

– Pour pas avantager des gens. Par exemple, du favoritisme pour Paul.

– On peut pas déshabiller les riches pour donner aux pauvres.

– Pas faire quelque chose pour revenir au début. Si on a Paul, on lui enlève les vêtements, on les donne à Pierre, eh bien Paul n’aura rien et Pierre aura quelque chose. C’est comme au début.

– Parce que sinon, Paul il aura plus d’habit donc il pourra pas trop aller dehors.

– En fait, ça reviendra au même parce qu’après on prendra les vêtements de Paul pour les donner à Pierre. Et alors ben ça revient au même à chaque fois et c’est bête. Pourquoi il y en aura un qui aurait des habits et pas l’autre.

– Par exemple Pierre, il faut pas que Pierre il ait le moins bien et que Paul il ait le meilleur.

– Ben en fait ça serre à rien de déshabiller Pierre pour habiller Paul parce que jamais personne n’aura la même quantité de choses, et ça sert à rien.

– Et aussi si y’en a un qu’a pas d’habit ben ils pourront jamais faire la même chose les deux enfants, puisque y’en aura un qui devra rester chez lui, et l’autre non.

– P’t’êt’ que Pierre a fait quelque chose de méchant à Paul mais c’est pas une raison pour se venger ou voilà…

[C’est la Puce à l’oreille]

Lucie Bouteloup
Alors, déshabiller Pierre pour rhabiller Paul. Les enfants ne savent plus où donner de la tête entre ces deux personnages.

Sylvie Brunet
Oui, mais il y a des moments où ils disent des vérités. En particulier quand il y en a un, enfin une, qui dit ça revient au même. L’autre qui dit ça sert à rien. Je trouve qu’il y a un peu de vérité en fait du sens de l’expression dans ces deux approches. Puisque effectivement, ça revient au même puisque si on déshabille Pierre et qu’on habille Paul, il y en toujours un des deux qui est nu. Donc effectivement ça ne sert pas à grand chose. Donc au sens figuré, ça veut dire essayer de résoudre un problème en en créant un autre. Ou bien, par exemple, payer une dette en en contractant une nouvelle. Donc effectivement, ça ne sert pas à grand chose.

Lucie Bouteloup
Alors il existe d’autres variantes de l’expression : on peut découvrir Saint-Pierre pour couvrir Saint-Paul ; Dépouiller Pierre pour couvrir Paul ; Décoiffer Saint-Pierre pour coiffer Paul et puis aussi, déshabiller Paul pour habiller Jacques, cette fois. Donc des variantes de verbes et des variantes de prénoms. Alors peut-être qu’il faut préciser qui sont ces Pierre, Paul et Jacques.

Sylvie Brunet
Alors, la forme la plus ancienne, c’est vraiment découvrir Saint-Pierre pour habiller Saint Paul. Et après, il y a notre Jacques qui va intervenir, mais Jacques, son intervention n’est qu’anecdotique.

Lucie Bouteloup
Saint-Pierre et Saint-Paul qui sont donc les deux piliers de l’église, qui étaient des statuts de ces apôtres qui étaient représentés dans les chapelles.

Sylvie Brunet
Et l’intérêt, surtout, c’est que Saint-Pierre et Saint-Paul, c’est oublié aujourd’hui mais autrefois c’était très important, le saint est fêté le même jour.

Lucie Bouteloup
Le 29 juin.

Sylvie Brunet
Absolument. Et les deux saints sont réunis. Donc on imagine très bien ce qui se passait autrefois, le 29 juin. On allait d’abord célébrer Saint-Pierre en faisant des processions. On prenait donc la statue de Saint-Pierre qui était dans l’église. On la parait de vêtements pour qu’elle soit très belle quand on allait faire le défilé, la procession. Et quand on revenait de la procession, immédiatement on prenait tout ce qu’on avait mis sur la statue de Saint-Pierre, et on les transférait à Saint-Paul.

Lucie Bouteloup
Alors qu’est-ce qu’on peut trouver comme synonyme à cette expression « déshabiller Pierre pour habiller Paul » ? Prendre d’une main ce que l’on donne d’une autre ?

Sylvie Brunet
Oui, ou bien faire une chose qui soit « bonnet blanc et blanc bonnet », en quelque sorte.

Lucie Bouteloup
Euh… Déplacer le problème. Alors, est-ce que vous savez qu’en Angleterre, on « rob Peter to pay Paul » ce qui veut dire littéralement qu’on vole Peter pour payer Paul.

Sylvie Brunet
Là ça se rapproche de l’histoire de dépouiller, vraiment, qu’on avait tout à l’heure, qu’on a mentionné tout à l’heure.

Lucie Bouteloup
De dépouiller effectivement et d’enlever les habits d’un premier pour les mettre à l’autre. Eh bien merci beaucoup j’espère Sylvie Bruni vous ne vous êtes pas mise dans l’embarras en déshabillant Pierre pour habiller Paul, ou bien Jacques, qui sait. Je rappelle aux auditeurs que vous allez bientôt faire paraitre aux éditions First Le petit livre des mots moches et mal fichus. À très bientôt pour une nouvelle expression.

Sylvie Brunet
À bientôt !

[Voix d’enfant : La Puce à l’oreille]

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire