fdlm#423

Fdlm 423 – Gastronomie : Une nouvelle capitale européenne de la gastronomie (3’05’’)

Posté le par le français dans le monde

Gastronomie : Cracovie, capitale européenne de la gastronomie 2019 (RFI – Bonjour l’Europe du 1er janvier 2019 – Thomas Giraudeau)

 

logos rfi_CMJN

rfi-savoirs_cmjn

Télécharger le reportage audio, sa transcription, la fiche d’exploitation pédagogique et ses réponses (.zip)

Jingle de l’émission

Arnaud Pontus
On reste à table et on prend la direction de Cracovie, puisque, à partir d’aujourd’hui, 1er janvier, et toute cette année 2019, la deuxième plus grande ville polonaise est capitale européenne de la gastronomie ! Elle a été désignée par l’Académie européenne de la Gastronomie, aux dépens de Lisbonne. L’objectif de cet organisme, c’est de sauvegarder, développer les cultures culinaires des pays du continent. Et à Cracovie, on retrouve notre correspondant, Thomas Giraudeau, bonjour !

Thomas Giraudeau
Bonjour à tous.

Arnaud Pontus
Alors, Thomas, quels évènements seront organisés à cette occasion en 2019 ?

Thomas Giraudeau
Et bien d’abord, comme chaque année, le festival de pierogis. Les pierogis, ce sont de grosses ravioles fourrées, aux épinards, aux champignons, au fromage, aux pommes de terre, aux myrtilles ou encore à la viande. C’est le plat le plus typique de la Pologne. On le retrouve sur toutes les tables du pays, que ce soit dans les restaurants ou chez les habitants. C’est un aliment très consistant, un héritage des périodes où le porc, le bœuf, le poulet coûtaient cher, comme sous le Communisme, où il fallait donc faire un plat de viande avec peu de matière. Alors on complète avec une pâte épaisse. Ou alors, on enroule de petits morceaux de viande, mélangés à du riz, dans de grandes feuilles de choux. C’est ce que l’on appelle le goląbki, une autre grande spécialité polonaise.

Arnaud Pontus
Thomas, avant les périodes de disette, avant la période communiste, est-ce que les plats étaient plus fastueux ?

Thomas Giraudeau
Oui, à l’époque médiévale et durant la Renaissance, les banquets étaient de rigueur, tout aussi riches qu’en France d’ailleurs. Il y avait du bœuf, de l’oie et beaucoup de gibier : du cerf, du sanglier. Des épices également, venus des Indes, qui ont ensuite disparu des assiettes. Et cette année, Cracovie veut justement rappeler qu’elle a été la capitale de la Pologne pendant plusieurs siècles : entre le IXe et la fin du XVIe pour être exact. Alors, certains chefs vont tenter de remettre au goût du jour cette année les anciennes recettes de la cour royale et des châteaux. Difficile évidemment de refaire de grands bouillons où l’on fait mijoter des lièvres, des canards, des moutons ou des bécasses. Mais selon un chef français, rencontré à Cracovie, on peut retrouver les goûts de l’époque. À noter également, que comme à l’époque médiévale, de la street food – la nourriture à emporter – sera vendue dans les rues de la ville.

Arnaud Pontus
Voici donc Cracovie, capitale européenne de la gastronomie pour cette année 2019. Qu’est-ce que l’évènement peut apporter à la ville, Thomas ?

Thomas Giraudeau
Et bien pas forcément beaucoup plus de touristes : la ville en a déjà accueilli 14 millions en 2018. C’est la plus visitée de Pologne. Non, ceux qui sont vraiment attendus, ce sont les grands chefs internationaux. Ils seront là au mois d’août, pour une grande conférence de la gastronomie du XXIe siècle. L’objectif, c’est qu’ils découvrent la cuisine polonaise, peu connue à l’étranger : les pierogis donc, mais aussi le chou farci, les soupes, la betterave – chaude ou froide –, beaucoup d’aliments fermentés et des charcuteries. Vous trouverez par exemple des dizaines de saucisses différentes dans les boucheries polonaises. L’idée, c’est de convaincre ces chefs que la gastronomie polonaise mérite des récompenses internationales. Car pour l’instant Cracovie certes compte des dizaines de restaurants, mais aucun n’est par exemple étoilé dans le célèbre guide Michelin.

Arnaud Pontus
Merci à vous Thomas Giraudeau, à Cracovie, notre correspondant en Pologne.

 

Télécharger le reportage audio, sa transcription, la fiche d’exploitation pédagogique et ses réponses (.zip)

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire