IvanFB

« Montrer que la francophonie est partout »

Posté le par le français dans le monde

Depuis 6 ans, Destination Francophonie braque les projecteurs sur des projets foisonnants et des personnalités qui prouvent toute la vitalité du français dans le monde. Dans le cadre de notre rubrique « Étonnant francophone » en partenariat avec Destination Francophonie, nous livrons cette fois le témoignage du créateur et présentateur de l’émission, le « détonnant francophone » Ivan KabacoffUn témoignage à retrouver dans le numéro 423 (mars-avril 2019) du Français dans le monde.

Bandeau DF


Tournage au Soudan sur le site de Méroé.

« L’aventure Destination Francophonie a commencé en mars 2012 et avec elle j’ai voulu montrer que la francophonie est tout l’inverse du repli sur soi, comme le montre malheureusement l’actualité du monde d’aujourd’hui. Qu’elle est génératrice de liens, un formidable moyen d’aller vers l’Autre, pour échanger avec lui et découvrir sa culture, grâce au partage de la langue française. Mon défi permanent est de prouver que la francophonie n’est ni un concept ennuyeux ou ringard, mais au contraire amusant, joyeux et vivant. Avec une vidéo postée par jour, le book de l’émission est aussi très important car c’est un lieu d’échanges, de rencontres, où les gens peuvent commenter et partager, mais aussi se reconnaître.

« Mon défi permanent est de prouver que la francophonie n’est ni un concept ennuyeux ou ringard, mais au contraire amusant, joyeux et vivant »

Avec Ashraf Khan, archéologue pakistanais.

Toutes les personnes que je rencontre aujourd’hui – en Pologne, au Mexique, au Cambodge, en Turquie, au Soudan, en Inde… – me disent que parler français est un plus, dans leur vie professionnelle et personnelle. L’apprentissage du français ou un voyage dans un pays francophone ont changé leur vie, et avec elle leur point de vue sur le monde et même sur leur propre pays. C’est pour ça que je suis heureux de faire cette rubrique « Étonnants francophones » avec Le français dans le monde car à chaque fois on trouve des personnalités passionnées et passionnantes qui s’engagent et changent le monde par eux-mêmes, comme Jan Nowak avec ses pièces de théâtre pour jeunes francophones (voir FDLM 413, qui a inauguré la série). Des gens font bouger les choses grâce à leur relation à la langue française et à la francophonie.

Encore plus aujourd’hui qu’hier, la langue française est une ressource culturelle à exploiter. Il faut soutenir plus que jamais les acteurs de la coopération et la promotion de la langue française dans le monde. Pour réaliser ces émissions, j’ai la chance de travailler souvent avec le réseau culturel français (Institut français, Alliance française) et les opérateurs de la francophonie qui font un travail remarquable sur le terrain pour développer et renforcer l’enseignement de notre langue en partage ; mais souvent avec de moins en en mois de budget et de personnel. Il est plus qu’urgent de réinvestir financièrement les actions en faveur du français dans le monde et de redonner la possibilité au réseau culturel français de mettre en œuvre des politiques de coopération linguistique, notamment pour la formation des enseignants car dans de nombreux pays la demande de français explose et il faut pouvoir y répondre de manière qualitative. Former un francophone est très long mais le retour sur investissement est dix fois supérieur à ce qu’on y investit.

« Il faut soutenir plus que jamais les acteurs de la coopération et la promotion de la langue française dans le monde (…) Former un francophone est très long mais le retour sur investissement est dix fois supérieur à ce qu’on y investit »

Dans le département de français dans l’Université Wenzao de Kaoshiung, à Taïwan.

Ce que je souhaite à travers cette émission, c’est être ce « porte-voix » de celles et ceux qui s’engagent pour faire vivre la langue française dans le monde. J’ai la chance de travailler à TV5MONDE, la chaîne de tous les francophones, où qu’ils soient, et qui offre à Destination francophonie une fenêtre ouverte dans plus de 300 millions de foyers dans le monde (sans compter la puissance de notre réseau numérique) à celles et ceux qui font vivre la langue française sur les cinq continents. Mon rêve est que toutes les personnes qui regardent Destination francophonie aient envie de voyager dans le pays que je présente et d’aller à la rencontre de ces merveilleux francophones auxquels je donne la parole. La langue française est un formidable moyen de visiter un pays, de le mettre en valeur autrement. C’est ce que prouve d’ailleurs les plus gros succès d’audience de l’émission sur internet : le Kosovo en 2017 et le Soudan en 2018. Je ne l’aurais jamais cru si on me l’avais dit.

« La francophonie mondiale, c’est aussi mettre des coups de projecteurs sur ce qu’elle a de plus local (…) Avec Destination Francophonie je montre qu’il est possible de croiser des francophones partout dans le monde et que le monde est véritablement francophone »

Destination Taipei.

C’est cela le grand défi : montrer que la francophonie est partout sur la planète. Si un jour un Roumain me dit qu’il rêve d’aller au Sénégal ou au Bénin, alors le pari de la francophonie sera vraiment gagné. Des étudiants algériens ont vu le reportage sur le master de relations internationales en Hongrie et se sont inscrits. Je pensais au départ qu’en deux ans j’aurais épuisé toutes les sujets, mais ils sont infinis. Même dans les coins les plus improbables, il y a toujours des histoires francophones à raconter, comme cette école où on apprend le français avec la pédagogie Montessori au Cambodge. La francophonie mondiale, c’est aussi mettre des coups de projecteurs sur ce qu’elle a de plus local. Même là où on ne l’attend pas. Au Japon, j’ai ainsi rencontré un député qui est parti 4 ans au Sénégal et qui en a été transformé. Voilà des gens qui au départ n’ont pas de contact avec la francophonie mais qui ont le feu sacré. Je pense aussi à ces Albanaises de 17 ans rencontrées à Korça parlant un français parfait, à ces jeunes Soudanais qui jouent les apprentis comédiens en français… Avec Destination Francophonie je montre qu’il est possible de croiser des francophones partout dans le monde et que le monde est véritablement francophone. »


Pour en savoir plus, rendez-vous sur Destination Francophonie

Pas de commentaire

Laisser un commentaire