Couverture-fdlm421

Fdlm 421 – Économie : être propriétaire d’un arbre : la start-up française EcoTree (2’35 »)

Posté le par le français dans le monde

Économie : être propriétaire d’un arbre : la start-up française EcoTree (RFI – Reportage France, 20 novembre 2018, Grégoire Sauvage)

logos rfi_CMJN

rfi-savoirs_cmjn

Pour aller plus loin, faites l’exercice sur RFI Savoirs :

https://savoirs.rfi.fr/fr/apprendre-enseigner/economie/ecotree-sengager-pour-la-foret/1

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

Journaliste
Équipé d’une bombe de peinture et d’un compas de forestier, Loïc Zellvegre marque des arbres qui seront prochainement abattus. Ce jeune homme de 30 ans gère cette forêt de 15 hectares située en Seine et Marne, à l’est de Paris, pour le compte de la startup EcoTree.

Loïc Zellvegre
Ils sont jeunes dans leur façon de penser et même dans leur façon de faire. En fait, ils révolutionnent un petit peu la gestion forestière en se disant « On va vendre des arbres », c’est pas vraiment des arbres, c’est une valeur financière. Ça apporte vraiment un nouveau souffle et ça permet justement de communiquer positivement sur la gestion forestière. Ils me disent qu’ils veulent investir et continuer d’investir, ils ont même de plus en plus de demande et caetara. Pour moi c’est extraordinaire.

Journaliste
Créée en 2014, EcoTree rachète des forêts négligées, met en place une gestion durable, puis vend les arbres à des entreprises et des particuliers. Un modèle commercial fondé sur une innovation juridique unique au monde explique Baudoin Vercken, l’un des fondateurs de l’entreprise.

Baudoin Vercken
On a réussi à séparer la propriété du foncier de la propriété des arbres, qui revient et qui appartient à ceux qui les financent, c’est-à-dire nos clients aussi bien particuliers qu’entreprises dans le cadre de projets de développement durable. L’idée, elle est née d’un constat, c’est que l’écoresponsabilité en France, on trouve qu’elle est pas valorisée, pas récompensée. Et l’autre constat c’est qu’il y a de gros enjeux sur la forêt française, parce que la forêt française elle a des difficultés à se renouveler et elle a des difficultés à trouver des gestionnaires forestiers. Et du coup, la mise en place, la naissance d’EoTree répond à toutes ces problématiques-là à la fois.

Journaliste
EcoTree revendique aujourd’hui 150 entreprises partenaires et 15 000 clients particuliers. Parmi eux, Géraldine Prot, cette parisienne employée dans le secteur de l’éolien est l’heureuse propriétaire d’une trentaine d’arbres.

Géraldine Prot
J’ai du pin maritime, j’ai acheté aussi du chêne. J’ai offert la semaine dernière, qu’est-ce que j’ai offert la semaine dernière ? un chêne rouge, il me semble.

Journaliste
Chaque essence lui a coûté entre 15 et 30 euros, avec un rendement annuel espéré de 2 %.

Géraldine Prot
Mon but est pas vraiment d’investir pour avoir un retour sur investissement, mais c’est plus pour avoir un impact sur le développement durable et sur la nature en France, absorber le CO2 et réduire la pollution.

Journaliste
Est-ce que vous allez les voir de temps en temps ?

Géraldine Prot
Alors jamais, j’y suis jamais allée mais je vais assez souvent aussi voir l’espace client qu’il y a sur EcoTree.fr. Et on voit tout le développé de son arbre, la photo de la parcelle et tout ça : ça donne vraiment envie d’aller voir ce qui se passe en forêt.

Journaliste
Loin de la jungle parisienne, c’est au rythme de la nature que le propriétaire d’arbres devra se conformer. En fonction des essences et des classes d’âge, il faudra attendre entre 10 et 75 ans pour faire fructifier son capital vert.

Télécharger le reportage audio et la transcription (.zip)

 

 

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire