24-OMAR 1

« J’ai appris le français pour découvrir le monde »

Posté le par le français dans le monde

À chaque numéro, le témoignage d’une personnalité marquante de l’émission de TV5Monde présentée par Ivan Kabacoff. Aujourd’hui, Omar MESA, directeur général pour les affaires culturelles du ministère des Affaires étrangères d’Uruguay. Une rubrique « Étonnants francophones » à retrouver dans le numéro 417 (mai-juin 2018) du Français dans le monde.

Bandeau DF


24-OMAR 3« Je suis venu au français à 13 ans, grâce à une professeure qui avait quitté la France durant l’occupation allemande. Elle nous invitait chez elle et j’ai été séduit par son discours sur l’histoire, par la cadence de la langue française. J’ai voulu lire les auteurs français dans le texte, comme Camus, Barthes, Althusser, mais aussi Sartre et Beauvoir grâce à qui j’ai pu séduire ma femme en récitant des extraits de leurs livres ! (Rire.) Ado, j’écoutais aussi beaucoup les idoles françaises comme Hallyday, Vartan, Polnareff… Et j’achetais Salut les copains ! En fac d’histoire, l’influence de l’École des annales fut décisive : c’était une vraie formation intellectuelle par le français.

« J’ai voulu lire les auteurs français dans le texte, comme Camus, Barthes, Althusser, mais aussi Sartre et Beauvoir grâce à qui j’ai pu séduire ma femme en récitant des extraits de leurs livres ! »

Cette langue est un fil conducteur de ma vie. Grâce à elle, j’ai pu faire une carrière à ma guise. J’ai été en poste à Genève pour travailler sur le rapport Delors sur l’éducation publié par l’Unesco (en 1996). Et j’ai été ambassadeur d’Uruguay en France de 2010 à 2015. J’ai eu l’opportunité de côtoyer des gens fantastiques, du monde politique, intellectuel ou même artistique, partout où j’ai fait des missions, en France, en Suisse, au Congo ou au Sénégal. Un moment fort de ma vie professionnelle, c’est l’adhésion à la Francophonie, en 2012 : l’Uruguay est le premier pays d’Amérique du Sud à devenir membre observateur de l’OIF.

Mon pays a une relation forte avec la France. Il s’y est créé la première chambre de commerce, la première Alliance française, le premier lycée français du continent. Notre système éducatif et universitaire a reçu l’influence française, idem pour l’architecture ou la botanique. Mais cette influence, du fait que Montevideo a été un port très important et du commerce triangulaire, a aussi été d’origine africaine. Ainsi, comme l’italien ou le portugais, le français est devenu en Uruguay une langue d’héritage. Et il existe par ailleurs un grand lycée professionnel Uruguay-Francia, près de Fontainebleau.

« Un moment fort de ma vie professionnelle, c’est l’adhésion à la Francophonie, en 2012 : l’Uruguay est le premier pays d’Amérique du Sud à devenir membre observateur de l’Organisation internationale de la Francophonie »

À titre personnel, si j’ai fréquenté les « milieux chics » en tant qu’ambassadeur, j’ai aussi connu la France profonde. En allant vers les paysans, j’ai connu une autre histoire française. Le français m’a donné cette capacité de décrypter le monde différemment de celle de la littérature, de la philosophie. J’ai partagé le quotidien des gens, dans le Jura, le Nord ou la Haute-Savoie… Tu deviens quelqu’un de la région. Aujourd’hui, je continue de vivre entre deux mondes, deux langues, deux cultures : je regarde la télé française, lis les journaux et écoute la radio en français. Comme pour ma fille, ce qui nous manque ce n’est pas tant la France que la pensée française. La capacité à débattre, à remettre toujours les choses en question. Et puis, grâce à la langue française, j’ai aussi pu renforcer le code grammatical et linguistique de ma propre langue maternelle, l’espagnol.

OMAR03

Avec I. Kabacoff sur le tournage de « Destination Montevideo ».

« Le français peut établir une complicité positive avec ses voisines romanes et montrer qu’il y a des valeurs de la latinité humaniste à prôner »

En Uruguay, la dominante dans l’enseignement c’est l’anglais. Mais on commence à travailler sur l’intercompréhension, à réintroduire petit à petit les langues romanes. Le français peut établir une complicité positive avec ses voisines romanes et montrer qu’il y a des valeurs de la latinité humaniste à prôner. Jeune, j’ai appris le français pour découvrir le monde, pour découvrir l’autre. C’est le rôle de l’apprentissage d’une langue. Pas seulement conjuguer le verbe être, mais savoir pourquoi je suis, pourquoi tu es. C’est ça le rôle de la francophonie et pourquoi on travaille tous les jours pour transmettre ses valeurs de démocratie, de paix, de communication entre les peuples. C’est un pont de construction, un chemin à suivre. »

Retrouvez Omar dans Destination Francophonie

Pas de commentaire

Laisser un commentaire