Capture d’écran 2017-12-12 à 14.28.57

« Le français est une formule magique »

Posté le par le français dans le monde

À chaque numéro, le témoignage d’une personnalité marquante de l’émission de TV5Monde présentée par Ivan Kabacoff. Aujourd’hui, Shigeru Nakano, professeur de français à Tokyo, au Japon. Rubrique « Étonnants francophones » à retrouver dans le numéro 415 du Français dans le monde.

Bandeau DF

 

Capture d’écran 2017-12-12 à 14.27.42

« Quand j’étais adolescent, j’aimais lire. Surtout j’étais passionné par les écrivains français comme Stendhal, Camus, Balzac… Plus tard, quand je me suis rendu à Tokyo pour aller à l’université, j’ai ainsi choisi de me pencher sur la littérature française. C’était un peu normal pour moi de poursuivre mes études en France. Ce que j’ai fait, aussitôt que j’ai obtenu une bourse.
Une fois que j’ai atterri là-bas, j’ai été complètement stupéfait. Bouleversé dans tous les sens du terme car tout était différent : le paysage, la ville, les gens… Même la langue était différente de ce que j’avais appris à l’université japonaise ; les gens ne parlaient ni comme Stendhal ni comme Camus ! Surtout, j’ai pu rencontrer beaucoup de gens venus de pays différents.

« J’ai vécu trois ans à la Cité internationale universitaire de Paris où j’ai échangé avec des étudiants du monde entier : algériens, marocains, anglais, américains, allemands, italiens, danois… »

J’ai vécu trois ans à la Cité internationale universitaire de Paris où j’ai échangé avec des étudiants du monde entier : algériens, marocains, anglais, américains, allemands, italiens, danois… J’ai même pu discuter avec nos voisins coréens et chinois en français ! Venu d’un pays où l’homogénéité et les codes règnent, j’ai été subitement fasciné par cette diversité et j’ai réalisé que c’est la diversité qui fait la richesse du monde. J’étais comme un enfant qui a trouvé une baguette magique. Le français m’a ouvert au monde. J’ai découvert sa diversité et sa complexité. Ce fut un peu une deuxième naissance pour moi.
Après avoir soutenu ma thèse en France, je suis retourné au Japon, évidemment avec un peu de regret. Mais en me disant qu’il fallait que les jeunes Japonais s’ouvrent à cette richesse. Au lieu d’être cloisonnés dans leur pays natal, j’aimerais bien qu’ils découvrent une autre façon de penser, de voir, de réagir… Une ouverture au monde. Maintenant, enseignant principalement au lycée mais aussi à l’université (de Waseda, à Tokyo), j’essaie de transmettre à mes élèves cette nouvelle perception du monde.BannièreCUEF_FDLM 2017_728x90

Sur le tournage de "Destination Francophonie", dans un lycée du réseau Colibri (à Saitama).

Sur le tournage de « Destination Francophonie »,
dans un lycée du réseau Colibri (à Saitama).

« Grâce au réseau Colibri, c’est passionnant de voir nos élèves rentrer de France tout émerveillés. Ils sont souvent littéralement transformés ; ils n’ont plus le même visage. Il y a vraiment un avant et un après. »

Enseigner le français et la culture française dans la classe, c’est déjà bien mais je voulais que les jeunes Japonais connaissent la France et cette diversité. C’est la raison pour laquelle je coordonne ici au Japon le réseau Colibri. Fondé en 2005, ce réseau permet aux lycéens japonais de partir en France pendant trois semaines. Chaque année, plus de 60 élèves japonais partent là-bas et nous recevons de notre côté autant de lycéens français ici. C’est passionnant de voir nos élèves rentrer de France tout émerveillés. Ils sont souvent littéralement transformés ; ils n’ont plus le même visage. Il y a vraiment un avant et un après. Je me demande si c’est le même élève japonais timide qui est bien de retour… Il n’y a donc pas que l’acquisition de la langue, mais aussi une évolution au niveau de la personnalité.
De plus, avec la Société japonaise de didactique du français dont je fais partie, nous collaborons avec des gens de toute la planète. En septembre, nous avons ainsi organisé un colloque international à Kyoto. Le français reste toujours pour moi un formule magique qui m’ouvre au monde. »

Retrouvez Shigeru dans Destination Francophonie

Pas de commentaire

Laisser un commentaire