banniere single

Les professeurs de français africains à Yaoundé

Posté le par le français dans le monde

FipfDu 16 au 20 novembre 2015, le Cameroun accueille le Congrès international des professeurs de français d’Afrique à Yaoundé.

Organisé par l’Association des professeurs de français d’Afrique et de l’Océan indien (Apfa-Oi), sous l’égide de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF), ce neuvième congrès attend les propositions de communications jusqu’au 30 août. Le thème général des travaux est : « Problématique de l’enseignement /apprentissage du français dans un contexte de crise ».

            Intérêt du thème :

Dans une Afrique en proie à de graves bouleversements politiques et sociaux et confrontée à une démographie galopante avec comme corolaires l’insuffisance des infrastructures scolaires et les effectifs pléthoriques ; une Afrique étouffée par le poids de la dette qui rend difficiles les investissements dans des secteurs stratégiques comme la santé et l’éducation ; une Afrique où l’école est devenue payante dans certains pays de la maternelle à l’université ; une Afrique qui n’a pas réussi partout à faire des langues nationales les langues de scolarisation ; une Afrique où le manuel scolaire est rare, et les enseignants formés de moins en moins disponibles ; une Afrique où le métier même de professeur a connu de profonds changements à la suite des mutations intervenues dans la société, il est légitime de se poser les questions suivantes (entre autres) :

  • Quel français à enseigner ?
  • Comment l’apprendre ?
  • Dans quelles conditions ?
  • Quelle place donner aux langues nationales dans nos établissements scolaires ?
  • Quelle(s) méthodologie(s) adopter à l’heure où l’on demande à l’école de former des citoyens capables de s’insérer dans le monde socioprofessionnel ?

Trois axes de réflexions ont été retenus :

Axe 1 : Enseignement/apprentissage du français.

  • Enseigner et évaluer le français selon l’APC : qu’est ce qui va changer ?
  • Enseigner et apprendre le français en contexte non-francophone.
  • Place du numérique dans l’enseignement/apprentissage du français.

Axe 2 : Français et langues partenaires dans le système éducatif.

  • Problématique de l’introduction de l’enseignement des langues nationales en contexte scolaire : état des lieux, enjeux didactiques.
  • Cohabitation du français et des langues partenaires dans les systèmes éducatifs africains.
  • Politiques linguistiques et enseignement /apprentissage du français en Afrique.
  • Le français : langue africaine.

Axe 3 : Le contexte de l’enseignement  apprentissage du français.

  • Le métier de professeur de français en Afrique : du transmetteur des savoirs au médiateur social et culturel.
  • La formation du professeur de français en question.
  • Les politiques nationales de production des manuels scolaires et autres outils didactiques : enjeux, défis et perspectives.

Vous voudrez bien faire parvenir au comité scientifique du congrès le résumé en 300 mots de votre communication au plus tard le 30 août 2015, par courrier électronique à l’adresse suivante : congres.apfa_oi@yahoo.fr.

7 commentaires
  1. Ce congrès aura lieu à Yaoundé : il est presque impossible pour les professeurs de l’Amérique Latine d’y participer. Je voudrais bien savoir si un jour nous pourrons en avoir un ici, en République Dominicaine, où il y a un grand nombre de professeurs très intéressés à participer et à partager des expériences pédagogiques… Nous l’espérons….

  2. bonjour,
    je suis enseignent de fle au Mozambique, je crois que ce congrès sera une occasion de partager des experiences vecus par plusieurs professeurs de francais en afrique. j’aimerai vivement faire partie de ce congress.

  3. Chers organisateurs et confrères d’Afrique,

    Permettez-moi de vous adresser toutes mes félicitations pour les problématiques que vous aborderez dans ce congrès. Elles me paraissent en effet appeler au renouvellement méthodologique et méthodique dont il semble que nous ayons bien besoin hors du « cadre » européen.
    Vos interrogations auraient été en effet tout aussi pertinentes où j’écris, ici au Brésil.

    Le développement de didactiques localisées et diversifiées reste encore à espérer.

    Puisse vos rencontres être un succès et participer pleinement à l’épanouissement de nos jeunes générations.

    Bien cordialement,

Répondre à Momeni shahnaz Annuler la réponse.