banniere single

Fdlm 394 – Société : l’enquête « Génération quoi » (3’05’’)

Posté le par le français dans le monde

Ils sont plus de 20 millions : les moins de 25 ans représentent près d’un tiers de la population française. Une grande enquête baptisée « Génération quoi » a été lancée sur Internet pour dessiner le portrait de cette génération, et l’on commence à mieux cerner les préoccupations, les appréhensions mais aussi les raisons d’espérer des jeunes d’aujourd’hui. Reportage de Gilles de Romilly. Et pour d’autres informations sur cette enquête, voyez le numéro 393 de mai-juin 2014 du fdlm.

 

TRANSCRIPTION
Gilles de Romilly – Après la génération Y des années 60 aux années 90 / certains parlent déjà de la génération Z / génération de crise / génération sacrifiée / en réalité cette génération n’a pas encore de nom précis / mais l’on commence à mieux la connaître grâce à l’analyse de l’enquête en ligne intitulée « Génération quoi » à laquelle ils sont plus de 200 000 à avoir répondu / les jeunes d’aujourd’hui sont près d’un sur deux à penser que leur vie sera plus dure que celle de leurs parents / peu pressés de se frotter à un marché du travail sinistré les jeunes Français entrent plus tard que leurs voisins européens dans la vie active / les explications de la sociologue Cécile Van de Velde qui a conduit cette enquête – C. V. de V. – On a créé une forme de tunnel d’études / et également un tunnel d’insertion / on a mis en valeur les études / le diplôme / on a construit quelque chose de ce qu’on appelle académique et effectivement du coup l’entrée sur le marché du travail est relativement tardive en France / ce diplôme / c’est certes une clé pour rentrer sur le marché du travail / mais c’est plus tout à fait une garantie / c’est-à-dire que ça n’assure plus systématiquement un bon emploi avec un bon salaire / c’est sûr que nos sociétés / elles ont quand même tendance actuellement à plutôt fabriquer une forme de chômage / donc on peut pas garantir qu’il y aura une place pour tous / mais espérons qu’en tout cas on puisse justement mieux gérer les transitions et les périodes difficiles sur le marché du travail – G. de R. – Conséquence / le travail / la carrière ne sont plus les seuls indicateurs d’une vie réussie – C. V. de V. – De plus en plus pour les individus / c’est des choses très personnelles qui sont mis en valeur / mais avec la dureté du marché du travail / réussir sa vie / c’est aussi réussir à avoir une place / chez les jeunes d’aujourd’hui / ceux qu’on a interrogés dans l’enquête justement / on observe ces deux facteurs / réussir sa vie / être heureux / mais aussi réussir sa vie / avoir la chance de pouvoir avoir une place sociale / d’avoir un travail / tout simplement – G. de R. – Pour trouver un travail / une place sociale / les jeunes Français n’ont jamais été aussi nombreux à aller tenter leur chance à l’étranger / génération globe-trotter – C. V. de V. – Avant tout c’est aussi une génération qui a envie de bouger / qui vit à l’international entre guillemets / donc il y a une envie aussi d’aller ailleurs / et c’est aussi une réponse effectivement au manque de perspective en France ou à l’idée que ça va être extrêmement difficile de gagner une place / et donc il y a un départ / surtout des diplômés / on observe qu’il est très fréquent chez les diplômés eux-mêmes / et ben voilà on réfléchit également / dans les politiques publiques / à favoriser un retour possible / qu’ils partent / oui / c’est plutôt une bonne chose en soi / et qu’ils puissent revenir sur le marché du travail en France – G. de R. – Pour ceux qui restent / la brutalité de la société dans laquelle ils vivent les conduit à développer de nouvelles formes de solidarité – C. V. de V. – C’est-à-dire que c’est plus tout à fait solidaire par l’engagement dans les grands partis politiques / c’est plutôt solidaire par le concret / par les actes quotidiens / par la vie de tous les jours / aider une grand-mère dans son immeuble / s’engager dans une association / consommer autrement / c’est ces actes-là qui sont portés par les nouvelles générations effectivement / donc c’est une solidarité très active mais très locale – G. de R. – Génération déçue / désenchantée / désabusée / l’autoportrait des jeunes Français d’aujourd’hui peut paraître bien sombre / ils sont quand même six sur dix à penser que vingt ans demeure le plus bel âge et neuf sur dix à estimer qu’ils trouveront le bonheur en trouvant l’amour.

LEXIQUE
Générations X, Y, Z : la notion provient du monde du marketing, elle vise à définir les caractéristiques démographiques, sociologiques, professionnelles, économiques et culturelles, notamment les modes de consommation et les modes de vie, des générations qui se succèdent ; l’origine des appellations, X, Y, Z…, est assez floue, les délimitations temporelles des générations concernées relativement élastiques.

Télécharger le reportage audio (.zip)
Télécharger la transcription (.pdf)

Pas de commentaire

Laisser un commentaire