banniere single

5-6 février 2014 – « Le Français sur Objectif Universitaire, entre apports théoriques et pratiques de terrain »

Posté le par Pierre Alain Le Cheviller

image02Le symposium « Le Français sur Objectif Universitaire, entre apports théoriques et pratiques de terrain » aura lieu à l’Université d’Artois à Arras, du 5 au 6 février 2014. Il est organisé  par Widiane Bordo et Lucie Floch, du Laboratoire de recherche Grammatica (EA4521, Université d’Artois). Le but de ce symposium est de dresser un état des lieux du Français sur Objectif Universitaire (FOU).

Le français sur objectif universitaire a été défini comme étant une déclinaison en contexte universitaire francophone de la démarche FOS. La forte augmentation des étudiants allophones et les difficultés qu’ils rencontrent dans l’enseignement supérieur en langue française, en France ou à l’étranger, entraînent l’émergence de nombreux projets dédiés à cette problématique. Ces projets visent à faciliter l’intégration et la réussite de ces étudiants. Ainsi, des Diplômes Universitaires et des formations d’enseignants consacrés au FOU se multiplient. De même, face au fort taux  d’échec des étudiants natifs, des enseignants de Français Langue Maternelle (FLM) se réinterrogent sur leurs pratiques et s’inspirent de la démarche FOU pour pallier leurs difficultés. Le FOU a par conséquent une incidence sur la formation linguistique des étudiants et sur les pratiques enseignantes en FLM. Aujourd’hui, de nombreuses institutions s’emparent de cette démarche et se l’approprient.

Cependant, les programmes de formation en FOU se concentrent le plus souvent sur sa dimension méthodologique au détriment de sa dimension linguistique. Le FOU est en effet souvent apparenté à la méthodologie universitaire (comment rédiger un commentaire de textes, construire une dissertation, etc.). Or, pour être capable de suivre des cours, de produire des oraux et des écrits, des compétences discursives, rarement prises en compte dans ces formations de FOU, sont requises. Le FOU est par ailleurs fréquemment réduit à l’intégration institutionnelle et interculturelle des étudiants étrangers (vie étudiante, démarches administratives, etc.).

Les contraintes de la mise en pratique du FOU rendent aujourd’hui essentielle une réflexion sur les liens entre théorie et terrain.

Ce symposium se propose donc, sur le plan linguistique, de s’interroger sur le contenu linguistique d’un programme de formation en FOU et de réfléchir aux compétences discursives à développer. Sur le plan didactique, nous tenterons de répondre aux questions suivantes : Existe-il un écart entre théorie et pratique ? Si tel est le cas, à quoi est-il dû ? Est-il possible de réduire cet écart ? Les travaux de recherche en cours peuvent-ils proposer des pistes ?

L’articulation de ce symposium se fera autour de trois contextes :

1) le FOU dans des pays où le français est langue officielle et maternelle des étudiants (France, Belgique, Québec, etc.) ;

2)le FOU en contexte francophone dans les pays où le français est langue d’enseignement dans le supérieur (pays du Maghreb, Liban, etc.) ;

3) le FOU dans les FUF (Filières Universitaires Francophones) en contexte non francophone (Brésil, Roumanie, Vietnam, Cambodge, etc.).

Présentation
Programme

Pas de commentaire

Laisser un commentaire