banniere single

Restons sans voix !

Posté le par le français dans le monde

Soyons réalistes, l’obsession de tout professeur de FLE qui se respecte est de faire parler ses apprenants. Et ne nous voilons pas la face, ce n’est pas facile tous les jours. Et bien justement, si nous oubliions de temps en temps les mots et faisions s’exprimer les corps dans nos classes pour permettre à nos apprenants de se libérer du poids de la langue parlée ?

Faites vous-même ce test : essayez de transmettre un message assez long à quelqu’un dans votre langue maternelle sans aucune expression du visage, sans mouvements du corps et sans que votre interlocuteur n’intervienne. Vous vous rendrez très vite compte que celui-ci décroche rapidement. La communication ne peut pas s’établir correctement. Le non-verbal au même titre que le verbal (rythme/intonation) fait donc entièrement partie de l’oralité.

Alors profitons-en et faisons bouger nos élèves en classe, ils adorent ça ! Cela rend tout de suite un cours plus dynamique. Je vais donc vous proposer dans ce billet des petites activités d’expression corporelle, faciles à mettre en place et que vous pouvez utiliser à tout moment si le besoin s’en fait sentir.

 

Créer de la connivence.

Commençons par une activité brise-glace qui va permettre de créer une connivence dans la classe,  qui ne sera comprise qu’au sein du groupe et qui va donc favoriser un climat de confiance. Le groupe-classe se met en cercle et chacun va dire son prénom (faisons ici exceptionnellement une petite entorse à la règle de ne pas ouvrir la bouche) en faisant un geste pour se caractériser. Ensuite on se mélange et on essaie ensemble de retrouver les gestes de chacun. Réutilisez ces gestes de temps en temps au cours de l’année, vous verrez qu’ils restent.

 

Activités de mimes.

Avec les mimes, le succès est assuré autant chez les enfants que chez les adolescents.

Comme activité d’échauffement, vous pouvez commencer par le jeu des miroirs. On forme des binôme. Un élève fait des mouvements pendant que l’autre qui représente son image dans le miroir suit les mêmes mouvements. Le sentiment de sécurité est très fort dans ce cas-là. On ne se met pas en danger, il n’y a pas de public. De nouveau un climat de confiance va pouvoir s’instaurer. Il sera donc plus facile ensuite pour l’apprenant de participer à des activités moins confortables pour lui.

 ‘activité de base est de faire mimer une profession, un animal, une activité de loisirs, etc… que les autres doivent deviner. Vous pouvez choisir de le faire en sous-groupe ou en classe entière, la deuxième modalité étant évidemment plus intimidante pour certains. Mais souvent on a des surprises et on découvre des talents cachés ! Même les plus timides se prêtent souvent au jeu avec plaisir !

Si vous travaillez sur le lexique des parties du corps, faites-les créer des sculptures. Un élève-statue se laisse sculpter par un élève-sculpteur. Qu’en pensez-vous : n’est-il pas plus motivant, donc plus facile de nommer les parties du corps de la statue que l’on vient de créer que de le faire à partir d’une photo et d’un dessin sur le manuel de classe ?

 

Exprimer des émotions.

Pour travailler avec les émotions, faites marcher vos élèves dans la classe en leur expliquant qu’ils vont devoir marcher comme quelqu’un qui est fatigué, a faim, est triste, est en colère, est malade etc… Il est très important de leur expliquer qu’ils ne doivent produire aucun son et qu’ils ne doivent pas s’occuper des autres. Ils commencent à marcher de façon neutre et au signal, ils marchent en exprimant l’état d’esprit proposé par le professeur. Au bout d’une minute par exemple, on change d’état d’esprit. Et mine de rien, voilà le lexique des états d’esprit plus facilement mémorisé ! Il est aussi fort à parier que lorsque, lors d’un prochain cours, vous demanderez à un élève comment il se sent, il sera plus facile pour lui de s’exprimer quant à son état d’esprit.

Dans le même registre, voici une activité qui déclenche le même enthousiasme chez les élèves. Préparez une feuille blanche que vous glissez dans une enveloppe. Vous expliquez aux élèves qu’ils doivent préalablement choisir deux états d’esprit différents. Voici la situation: ils rentrent chez eux en mimant leur premier état d’esprit. Ils trouvent la lettre qu’ils font semblant de lire et le contenu imaginaire de la lettre les fait passer au second état d’esprit. Cette fois-ci, ils se mettent en scène seuls devant la classe. L’activité précédente peut donc être une bonne activité préparatoire en leur permettant de s’entraîner dans un premier temps plus en sécurité au sein du groupe. 

Voici donc des activités qui permettent d’amener progressivement les apprenants vers la langue parlée. Elles ont l’avantage d’être facilement adaptables et je suis sûre que d’autres idées vous sont venues à l’esprit en lisant ce billet. Alors, n’hésitez pas, faites-les-nous partager !

Dans mon prochain billet, je vous proposerai des activités dans lesquelles, cette fois-ci, la voix retrouvera sa place. 

Albanie Audrain, enseignante à l’Alliance Française de Valladolid.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire