banniere single

15-16 novembre 2012 – Enseigner la grammaire

Posté le par Pierre Alain Le Cheviller

Appel à contributions
De quelle manière doit-on enseigner la grammaire française aujourd’hui ? Le département des Langues et Cultures de l’Ecole Polytechnique organise un colloque international du jeudi 15 Novembre 2012 au vendredi 16 Novembre 2012 sur le site de l’Ecole Polytechnique, à Palaiseau, près de Paris. Il fera un état des lieux sur la question de l’enseignement et de l’apprentissage de la grammaire du français.

Il s’agira d’envisager de nouvelles perspectives sous des angles interdisciplinaires issus de travaux linguistiques, didactiques, sociologiques, historiques et de voir en particulier comment sont utilisées les grammaires en fonction des contextes d’apprentissage (FLE, FOS, FLS, FOU ou français langue maternelle) ? Les approches d’enseignement de la grammaire sont multiples et suscitent des pédagogies très diversifiées. Un intérêt particulier sera aussi donné aux textes officiels, à l’histoire de la grammaire à travers les siècles.

Date limite d’envoi des propositions : lundi 14 mai 2012

Pour en savoir plus

4 commentaires
  1. Bonjour,
    Je suis agrégée de lettres classiques et j’enseigne en lycée. Je suis très intéressée par l’avenir de la grammaire et la part que l’on pourrait donner aux langues anciennes dans son enseignement. Serait-il possible d’obtenir une convocation pour que je puisse assister à ce colloque?
    Cordialement

  2. HERREWYN-TROUTOT Brigitte

    Je suis orthophoniste et en tant que telle ne devrais être amenée à prendre en charge que des enfants « DYS » c’est à dire souffrant d’une pathologie ( langage oral, écrit, trouble du raisonnement logique et des mathématiques, etc…). Or il m’arrive fréquemment lors de bilans de me retrouver face à des enfants qui ne souffrent d’aucune pathologie avérée, dont les compétences sont tout à fait suffisantes et normales pour accéder aux apprentissages et notamment de la grammaire. Malheureusement l’enseignement qui en est fait vide celle-ci des relations de sens sur lesquelles elle se fonde et c’est un salmigondis d’inepties qui en résulte. En pareil cas il ne nous reste souvent qu’à prendre en rééducation ces enfants et adolescents qui souffrent d’une nouvelle pathologie : la DYSpédagogie! Il serait donc temps que des échanges fructueux se passent et que des questions de fond soient posées. Loin de devoir supprimer les règles d’orthographe (en décidant de remettre en cause le code graphémique, l’orthographe d’usage lié à l’étymologie des mots, etc comme certains semblent vouloir le faire), il faudrait au contraire remettre à l’honneur tout ce qui au fil de l’histoire a abouti à la langue française et ses subtilités. Les règles grammaticales sont commandées par le SENS qui unit les mots d’une phrase et il faut également réhabiliter un travail autour de la langue ORALE afin que cet accès au sens émerge ensuite à l’ECRIT

  3. UMENYI Christopher Chima

    Enseigner le français sans mettre lumière sur les structures grammaticales de cette langue me semble un travail incomplet, mais insistant sur les structures on se rend compte qu’on est exposé à l’automatisme, une démarche qui retarde l’apprentissage ainsi nuit la compréhension. N’en parlera-t-on plus? Que faire pour bien gérer cette situation, enseigner la langue sans étouffer l’apprentissage par la grammaire. Tel est le piège qui attend un enseignant de français et surtout en Afrique. Je serais heureux si on m’invite à participer à ce colloque international prévu pour le 15 Novembre 2012, pour être mieux équipé. Je suis enseignant dans une université nigeriane.

  4. Bonjour,
    Je souhaite savoir si ce colloque est ouvert à tous ? Je passe le concours de CRPE en septembre et le thème du colloque m’intéresse.
    Cordialement

Laisser un commentaire