banniere single

Le prix Goncourt des lycéens attribué à Carole Martinez (2’47’’)

Posté le par le français dans le monde

Comme chaque année, il y a le prix Goncourt des adultes. Et celui des lycéens. Partout en France, avec leurs professeurs de lettres, ils lisent une sélection de livres et déterminent qui sera le lauréat. Cette année, c’est une lauréate : Carole Martinez, professeur de français de 45 ans, passée de l’enseignement à l’écriture, qui publie Du domaine des murmures, chez Gallimard. Première œuvre d’une série de sept sur les femmes rebelles dans l’histoire. Gaël Letanneux s’est plongé dans l’œuvre, qui a passionné les lycéens.

 

TRANSCRIPTION

Le prix Goncourt des lycéens 2011 a été attribué à Carole Martinez / pour son roman Du domaine des murmures / publié chez Gallimard – Gaël Letanneux – Le 7 novembre dernier / à Rennes / les lycéens ont fait leur choix / après plusieurs semaines de débats intenses dans leurs classes ils ont voté pour le dernier livre de Carole Martinez / nous sommes en 1187 / le jour de ses noces une jeune fille de 15 ans / Esclarmonde / refuse de se marier / elle demande à son père de lui faire construire une cellule attenante à la chapelle du château / le domaine des murmures / avant d’être emmurée vivante la jeune femme est violée / Esclarmonde se tait et commence sa vie de recluse / mais depuis une petite fenêtre elle reste en contact avec le monde extérieur qui la considère comme une sainte / mi-morte / mi-vivante / pour écrire son roman l’auteur / Carole Martinez / raconte qu’elle a réalisé un travail d’historien – C. M. – Je suis partie à la recherche de figures dans l’histoire des femmes qui pouvaient m’émouvoir et j’ai travaillé l’histoire des femmes depuis le XIe / et au détour d’une page je suis tombée sur les recluses / et là j’ai été absolument fascinée par ces femmes qui se faisaient enfermer / emmurées vivantes / quasiment enterrées vivantes / qui quittaient le monde des vivants pour / pour prier Dieu / jusqu’à ce que la mort arrive / et j’ai essayé de comprendre / donc j’ai fait parler ma petite Esclarmonde – G. L. – Pour Jacques Beyou / élève en classe de première littéraire / ce livre a été une expérience – J. B. – Dès le départ / c’était dans le tiercé de mon / de / de ma classe / pas le premier / c’est le dernier que j’ai lu / et au départ c’était / c’était pas mon préféré / mais quand je l’ai lu je me suis dit / en fait je me suis dit / c’est lui qui va avoir le prix Goncourt – G. L. – Ce qui a plu à Joséphine / élève au lycée français de Londres / c’est paradoxalement la modernité du roman de Carole Martinez – J. – Écrire en 2011 un livre sur les recluses / c’est un / c’est un pari quand même de / et puis de / d’être / de réussir à être passionnante et / et en fait dans ce cadre-là elle a réussi à donner un livre en fait assez moderne / de transplanter un décor du Moyen Âge avec un style plutôt moderne / et c’est ça qu’on a beaucoup aimé – G. L. – Le jury félicite aussi Carole Martinez pour son style poétique et imaginaire / comme si le lecteur était plongé dans un songe / dans le prologue la voix de la jeune Esclarmonde dit ceci / « j’ai rêvé de ne plus être qu’une prière et d’observer mon temps à travers un judas / cette bouche de pierre est devenue la mienne / mon unique orifice / entre dans l’eau sombre / coule-toi dans mes contes / laisse mon verbe t’entraîner par des sentes et des goulets qu’aucun vivant n’a encore empruntés / écoute ».

– Fichier audio à télécharger (.ZIP) : 58-prix-Goncourt-lyceen.mp3

Pas de commentaire

Laisser un commentaire