banniere single

Au cœur du « document authentique »

Posté le par admin

Codé, codifié, le document authentique en FOS est bien souvent l’apanage d’une profession ; il véhicule des valeurs institutionnelles. Et, comme tout enseignant de FOS, nous nous devons d’analyser au plus près ces codes à l’aide d’outils que nous lèguent linguistes et didacticiens. Les sémiologues introduisent des techniques d’analyse de l’image, les linguistes nous apprennent à repérer les « stéréotypes langagiers » et les didacticiens à rédiger des activités de réception, d’interaction ou de production prenant en compte les schémas cognitifs du public.

L’iconographie

Que la mémoire humaine soit visuelle ou auditive, la rétine capte en premier lieu les impressions lumineuses que renvoie toute iconographie. L’iconographie prend une part plus ou moins importante dans la vie d’un professionnel, selon son métier.

Pour le journaliste, une photo ou un dessin humoristique viendra accompagner l’article de presse ; pour le géographe, la carte ou mappemonde reprendra la sémiologie graphique définie par toute une profession ; pour le scientifique, la radiographie, les schémas viendront illustrer une thèse ou un article scientifique… Et pour le commercial, la photo d’un voyage de rêve sera un argument de taille pour la vente.

Pour le didacticien, tout élément iconographique sera analysé en vue d’une exploitation. En FOS, il conviendra d’apprécier dans quelle mesure l’iconographie peut servir. Souvent utilisée comme une « béquille » dans la compréhension d’un texte spécialisé, l’image peut aussi servir de déclencheur dans le cadre d’une production ou d’une interaction orale.

Les discours en présence

Au côté de l’espace iconographique se trouve un discours, oral et/ou écrit. Informatif, argumentatif…, le discours suit une logique décelable au travers de connecteurs logiques, de champs lexicaux propres à un domaine particulier.

Prenons la brochure d’une agence de voyage : le discours écrit est souvent informatif (prix du voyage, conditions du séjour) et argumentatif puisque l’objectif de l’agence de voyage est bel et bien de vendre un séjour. Tous les moyens sont donc bons pour séduire le client, tel un appel au rêve « un parcours ferroviaire à couper le souffle au cœur des montagnes », « terres ensorcelantes » « savourez toute la richesse du patrimoine »… Les photos viennent souvent appuyer ce discours.

Mais comment relier espace iconographique et discours, besoins langagiers et formation sur mesure, document authentique et conception d’activités de communication adaptées aux besoins du public ?

La conception d’activités communicatives

Restons dans le secteur du tourisme. Et prenons l’exemple d’agents de comptoir étrangers que nous formons à mieux accueillir les clients francophones et à être plus performants dans la vente de séjours. Dans leur quotidien professionnel, les agents de comptoir vous présentent un séjour à partir d’une documentation : une brochure, un dépliant… À en croire certains professionnels de ce secteur, une vingtaine de minutes seraient nécessaire pour convaincre le client.

Si l’objectif de la formation est bien de rendre le personnel plus performant dans la vente de séjour, la formation reposera alors sur l’interaction orale et la mise en valeur à l’oral d’un document écrit.

Lors de la phase de collecte, l’enseignant de FOS s’attardera à analyser les documents utilisés par les agents de comptoir et à enregistrer leurs discours.

Parmi les activités communicatives qui seront proposées figurera au premier rang l’interaction orale, le tout agrémenté d’activités grammaticales et lexicales. Comment se présenteront ces activités ? Comment les concevoir ? Là aussi, encore tout un art selon la compétence à travailler…

Thème d’actualité, la didactisation d’un document fera l’objet d’un prochain billet à paraître à la rentrée.

Le Centre de langue française

Chambre de commerce et d’industrie de Paris

Pas de commentaire

Laisser un commentaire