banniere single

Le français dans le monde n°375 (Mai–juin 2011)

Posté le par le français dans le monde

Cover_FDLM_375

50e anniversaire

Temps, espace, depuis 50 ans, Le français dans le monde s’attache à croiser ces deux dimensions.

Rendre compte en temps réel d’une langue, d’une culture en train de se faire, c’est l’objet de nos rubriques « Mémo » et « Époque » ; faire en sorte qu’en matière de pédagogie les pratiques des enseignantes et des enseignants de français langue étrangère soient toujours en phase avec les besoins, les attentes de publics devenus aussi mobiles qu’insaisissables. Et s’adresser aux professeurs du monde entier ; prendre en compte là où ils se trouvent, les conditions d’enseignement qui sont les leurs.

Temps long, temps court, temps partagé, temps qui passe, ce numéro glisse ainsi de l’un à l’autre.

Temps long, celui de la formation avec ses exigences sur lesquelles revient Alain Boissinot (rubrique Focus) ; mais aussi celui de l’apprentissage : temps ici voyageur qui fait le grand écart entre la Belgique du « professeur à la caméra » et la Chine de l’étudiant qui cherche à « vaincre sa peur de parler », c’est à dire à ne pas perdre la face. Temps long, enfin, celui de la terre, l’objet du dossier, celui de la ruralité, une ruralité aujourd’hui autant bousculée par la mobilité sociale que confortée par de nouvelles pratiques solidaires de consommation.
Temps court des liaisons numériques, temps des réseaux, l’ouverture de Vizafle, réseau social des professeurs de Roumanie, à peine inauguré et déjà un succès. Temps de la gourmandise, temps court encore, juste le temps de croquer un macaron, mythologie en passe de devenir planétaire.

Temps qui passe aussi : « jeunesse » (rubrique graphe), « saisons » (Amina Saïd, la Tunisienne) autant de mots qui s’effacent en même temps qu’ils sont lus.
Temps partagé enfin. Échanger des mets en même temps que des mots, temps gastronomique, expérience interculturelle unique rapportée du CLA de Besançon ; temps de la découverte aussi, celle de la compétence d’aventurier de celui, ici en Serbie, qui s’enfonce dans la forêt du dictionnaire.

Temps long, temps court, temps qui passe et surtout temps partagé, celui de ces cinquante années passées à faire en sorte que Le français dans le monde ne se sente vraiment chez lui que lorsqu’il est entre les mains de ses lecteurs.

Contact : Sébastien Langevin, slangevin@fdlm.org, + 33 (0)1 72 36 30 70

Consulter le sommaire

Feuilleter quelques pages du numéro

Pas de commentaire

Laisser un commentaire