banniere single

Décès de Jean-Marc Léger, père fondateur de la Francophonie

Posté le par le français dans le monde

Il faisait partie de ceux qui ont rêvé et fait la Francophonie : Jean-Marc Léger appartient avec Senghor, Bourguiba, Diori et Sihanouk, à la génération des bâtisseurs, ceux qui à Niamey en 1970, ont imaginé ce qui est devenu l’Organisation internationale de la Francophonie.

«Jean-Marc Léger a donné à notre Institution des assises solides dont nous mesurons encore, quarante ans plus tard, la portée. Il a activement contribué à la construction des deux principaux réseaux de la Francophonie au sein de la société civile : celui des journalistes et celui des universitaires», a déclaré Abdou Diouf, Secrétaire général de l’OIF.

Diplômé en droit, en sciences sociales et en histoire, Jean-Marc Léger, journaliste au quotidien québécois La Presse puis au Devoir occupera les fonctions en 1961 de premier directeur de l’Office de la langue française au Québec mais aussi de président de l’Union canadienne des journalistes de langue française. Il a également exercé les fonctions de vice-ministre au ministère des Relations internationales et du ministère de l’Éducation du Québec.

Amoureux de l’Afrique, défenseur des valeurs de solidarité entre les peuples, Jean-Marc Léger, premier Secrétaire général de l’Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT), a mis en place les programmes de coopération en faveur du développement des pays francophones du Sud, autour de l’éducation et de la diversité culturelle. Soucieux du développement de l’Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (AUPELF) aujourd’hui Agence universitaire de la Francophonie (AUF) qu’il a contribué à créer, il en a dirigé le secrétariat général de 1961 à 1978.

À l’occasion de l’hommage qui lui a été rendu en mai 2010, en marge du 40e anniversaire de l’OIF, le Président Abdou Diouf devait déclarer : « Pour demeurer la langue internationale qu’elle est, notre langue française a besoin d’hommes comme vous : déterminés, volontaires, infatigables, optimistes. Vous avez non seulement montré le chemin, mais prouvé que c’est possible. En cela aussi, vous serez toujours un modèle pour la Francophonie

Un commentaire
  1. C’est dommage d’entendre cette nouvelle. Même si, je suis une afghane francophone à Kaboul, je le connais pour les grands services qu’il a rendu pour le dévelopement de la langue française.

Laisser un commentaire