banniere single

Athènes : succès pour le 7e Congrès panhellénique et international des professeurs de français

Posté le par le français dans le monde

Plus de 700 professeurs de français, venus de l’ensemble du monde balkanique et méditerranéen ont participé du 21 au 24 octobre 2010 aux travaux de ce 7e Congrès qui avait pour thème « Communiquer, Échanger, collaborer en français dans l’espace méditerranéen et balkanique ».

Ce congrès triennal, placé sous l’égide du Ministère Hellénique de l’Education Nationale, a été organisé par l’Association des Professeurs de Français FU – Athènes, le Département de Langue et Littérature françaises de l’Université d’Athènes, l’Ambassade de France, l’Association des Professeurs de Français de la Grèce du Nord et avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de TV5 Monde .

À l’occasion de la séance d’ouverture, Marika Thomadaki, doyenne de la Faculté des Lettres et présidente du comité d’organisation, Evi Christophilopoulou, Secrétaire d’État à l’Éducation Nationale Hellénique et Christophe Farnaud, Ambassadeur de France en Grèce se sont félicité de la présence massive des enseignants et du dynamisme associatif qu’elle manifestait.

De nombreux représentants officiels ont honoré de leur présence la soirée d’ouverture : représentant de l’Organisation Internationale de la Francophonie, M. Kalim Awad, ambassadeurs des pays francophones, président d’honneur et secrétaire générale de la FIPF…

Il est revenu à l’écrivain grec de langue française, Takis Théodoropoulos de narrer ses expériences et son premier contact avec le français et à Catherine Kerbrat-Orrechioni, linguiste, professeur émérite de l’Université Lumière-Lyon 2 de donner par son exigence, la couleur scientifique de la manifestation.

110 interventions (conférences, tables rondes, communications et ateliers) réunissant 148 intervenants ont largement contribué au succès de ce congrès.

En prenant en compte l’ensemble de l’espace balkanique et méditerranéen, les interventions ont permis de sortir des représentations et des imaginaires de surface et ont invité à mieux connaître les autres tout en ne renonçant pas à son identité. Ce choix, dans une région où les traumatismes historiques et contemporains ne manquent pas, était aussi une manière d’insister sur le rôle de l’enseignement des langues et des cultures et sur l’importance de développer une compétence de communication, de collaboration et de coaction dans un espace qui cherche à se donner un projet susceptible de créer des relations plus pacifiées entre les États et entre les peuples.

S’agissant de l’enseignement du français, dont l’enseignement en Grèce prend désormais place dans un contexte concurrencé, l’accent a été mis sur l’ouverture sur l’ouverture au monde, la mobilité et pour les enseignants, sur la nécessité de proposer une pédagogie attractive, en phase avec les attentes du public jeune d’aujourd’hui, une pédagogie en somme de l’ engagement, de l’ouverture et du courage.

Les congressistes ont pu également profiter du salon du livre FLE auquel ont participé 12 maisons d’éditions qui ont eu l’occasion de présenter leurs nombreuses nouveautés.

Les activités culturelles n’ont pas manqué: concert de jazz latino offert par l’Institut français d’Athènes, soirée de musique francophone à l’invitation de l’Association et visite du nouveau musée de l’Acropole d’Athènes.

Un grand « Bravo ! » à tous les congressistes pour leur participation active dans un contexte difficile et aux comités d’organisation et scientifique pour leur contribution décisive au succès de cette manifestation.

Un commentaire
  1. c’est un geste genial parce que le francais est l’unes sinon la langue la puls importante du monde dans l’actualite. Alors, il faut promouvoir des initiatives pareil autour du monde francophone.

Laisser un commentaire